F1 – Brésil : Un Vettel record

En remportant le dernier Grand Prix de la saison, Sebastian Vettel égale le record de victoires sur une saison de M.Schumacher avec 13 succès. Le pilote Red Bull devance Mark Webber, 2e pour son ultime course en F1 et Fernando Alonso, vice-champion du monde 2013.

20131124-192030.jpgCette course brésilienne aura de nouveau mis en valeur le petit défaut que l’on pourra relever dans la saison quasi parfaite du duo Vettel-Red Bull : les départs. Encore une fois, l’envol de l’Allemand n’est pas parfait et Nico Rosberg en profite pour subtiliser la tête de la course au champion du monde au premier virage. Excellent départ de Massa qui remonte en 5e place derrière Mark Webber.
Rosberg mène le premier tour mais dès le passage de la ligne, Vettel reprend son bien à l’aspiration et ne lâchera plus les commandes jusqu’à la ligne. Pour la victoire, les jeux sont faits avec une nouvelle course ennuyeuse pour la gagne. Mais pourtant, l’écurie Red Bull aura connu un gros moment de panique qui a failli relancer le suspense.

Confusion dans les stands

Il reste une grosse vingtaine de tours quand les images de la FOM montrent la Williams de Bottas hors piste au bout de la ligne droit opposée, le pneu arrière gauche déchapé. On pense alors à une nouvelle péripétie concernant les gommes Pirelli, surtout que quelques secondes plus tard, c’est Hamilton qui se retrouve sur trois roues ! Panique générale dans les écuries. Ces dernières avaient plus tôt demandé à leurs pilotes de retarder leur deuxième arrêt en prévision de la pluie. Le temps supplémentaire en piste aurait alors trop sollicité les gommes italiennes. Vettel se jette dans les stands, mais Red Bull attend Webber ! Les pneus de la RB9 n°1 ne sont pas prêts. Après un bref moment d’attente, tout rentre dans l’ordre, mais l’Allemand a vu son avance fondre à 6 secondes.

Finalement, on voit que les crevaisons de Hamilton et Bottas sont dues à un contact entre les deux au bout de la ligne droite opposée. Au micro de Canal et Sky, Horner dira que l’écurie Red Bull a eu peur d’un Safety-Car suite à cet incident, d’où la précipitation dans les stands.
Il ressort en tête avec Webber et Alonso de nouveau en bataille. Ces deux là, ainsi que la Mercedes d’Hamilton et la Ferrari de Massa vont animer une course encore dénuée de tout suspense devant.

En effet, après le premier changement de pneus, l’Espagnol avait réussi à prendre la seconde place à l’Australien après le cafouillage habituel sur la roue arrière gauche de la Red Bull de Webbo. Cette fois, Fernando tente de mettre la pression, mais Mark est plus rapide et reprend ses distances pour conserver la deuxième place. Alonso termine 3e mais ce résultat ne suffit pas pour que Ferrari passe Mercedes au championnat Constructeurs. La Rossa échoue à la troisième place devant Lotus qui a connu un GP catastrophe. Massa et Hamilton se sont aussi copieusement affrontés en piste avant la pénalité du Brésilien (Voir plus bas).

Grosjean out, Kova déçoit

A peine trois tours, c’est la distance parcourue par Romain Grosjean durant ce dernier Grand Prix de l’année. Apparemment, c’est une casse moteur qui a stoppé le Français, qui s’était plaint d’un souci sur son 7e rapport de boîte quelques instants plus tôt. Ce retrait combiné à la nouvelle mauvaise performance de Kovalainen a empêché Lotus de lutter avec Ferrari pour le troisième rang des Constructeurs.

Autre désillusion dans le camp français avec l’abandon de Charles Pic en fin de course, suspension arrière droite cassée.

Emotion chez Ferrari et Red Bull

C’est la fin d’une période dans ces deux écuries avec l’arrêt de Mark Webber en partance pour Porsche en endurance et le transfert de Massa chez Williams. Le pilote Ferrari a été ovationné par son écurie à la sortie de son garage avant de se rendre sur la grille de départ. Bien parti en course, Massa va écoper d’une pénalité pour avoir roulé sur une zone interdite à l’entrée de la voie des stands. Dur à encaisser, surtout que la Pauliste n’a pas pris d’avantage sur cette manœuvre. Son signe rageur à l’encontre des officiels lors de son drive-through en dit long sur l’envie de Felipe qui relèvera un nouveau challenge en 2014 chez Williams-Mercedes.
La F1 2013 c’est terminé. Restez connectés pour toute l’actu des transferts qui devrait rapidement évoluer dès la semaine prochaine. On pourrait avoir l’annonce du deuxième pilote Lotus, et l’avenir de Perez sera sans doute connu. A très vite !

Crédit photo : Red Bull

F1 – USA : Un Vettel record malgré l’ennui

Au vu de la course de l’an dernier, on avait espéré une course enlevée sur le CoTA d’Austin. Ce ne fut pas le cas. Vettel a de nouveau écrasé la concurrence, et s’adjuge une huitième victoire consécutive, nouveau record. C’est aussi le 12e succès de sa saison. Grosjean est 2e, Webber 3e.

20131117-215218.jpg

Avec un Grosjean adepte des bons départs en 2013, l’extinction des feux s’annonçait serrée. Une nouvelle fois, Vettel prend un envol moyen, mais va conserver son bien devant le pilote Lotus et Lewis Hamilton. Mark Webber perd deux places et se retrouve 4e. Pas de gros contacts sur le premier secteur du circuit, mais dans la ligne droite, Sutil et Maldonado sont au coude à coude. La Force India et la Williams se touchent et l’Allemand termine sa course dans le mur. Le SC est de sortie.

Vettel s’envole

Lorsque la voiture de sécurité rentre au bout de cinq boucles, Vettel prend la poudre d’escampette et se construit tout de suite une avance confortable. Grosjean est 2e et la première bataille va opposer Hamilton et Webber. L’Australien va doubler finalement l’Anglais au freinage au bout de la ligne droite. Le futur pilote Porsche en WEC va s’élancer à l’assaut de la Lotus de Grosjean.

Ennui devant, un peu d’action derrière ?

C’est dur à écrire, mais il faut être honnête. Sans aucune lutte pour la gagne, l’intérêt de la course s’est une nouvelle fois centré sur les accessits. L’unique ravitaillement ne change rien au classement pour la victoire. Heureusement dans le peloton, l’action est un poil plus intéressante. Bottas et Gutierrez nous ont par exemple offert trois virages de toute beauté au coude à coude.

Les deux larrons qui vont allumer les dernières mèches seront Webber et Alonso. La Red Bull se bat avec Grosjean et Alonso a en ligne de mire la Mercedes d’Hamilton. A plusieurs reprises, l’Australien et l’Espagnol vont à presque une seconde de leurs rivaux, mais sans jamais tenter une attaque. À trois boucles de l’arrivée, la tension est au maximum mais on attend un peu plus d’action.

« Utilise tout ton KERS ». Voici l’ordre donné à Webber pour les deux ultimes passages. Mais Grosjean effectue son meilleur tour et garde une marge. Idem pour Alonso qui perd du terrain sur Hamilton, et voit revenir Hülkenberg pour la 5e place au moment où Button passe Ricciardo pour la 10e place, avec Vergne et Gutierrez juste dans les roues de la Toro Rosso du futur pilote Red Bull.

Et finalement … Rien ! Grosjean va terminer 2e devant Webber, Hamilton, Alonso, Hülkenberg, Perez, Bottas, Rosberg et Button. Les dépassements attendus n’ont pas eu lieu. Dommage, car pour une fois, le suspense était présent. Mais le suspense sans l’action …
Vettel tentera au Brésil de décrocher une 13e victoire cette année pour égaler le record de M.Schumacher. A suivre dimanche prochain !

Crédit photo : COTA

F1 – Abou Dhabi : Vettel intouchable et taquin !

Sans concurrence et au bout de l’ennui seul en tête, le pilote Red Bull a écrasé les débats sur le Yas Marina Circuit. La victoire s’est jouée au premier virage après que Webber ait manqué une nouvelle fois son envol. L’Australien assure le doublé à Red Bull devant Rosberg. Course plus animée derrière grâce au pari perdu de Ferrari. a noter les donuts finaux de Vettel !

20131103-175411.jpg

Et un envol raté de plus pour Webber ! A croire que les départs arrêtés ne sont pas du goût de Webbo. Vettel en profite pour s’immiscer entre son équipier et la Mercedes de Rosberg au premier virage. Baissez le rideau, fin des débats pour la victoire. Le quadruple champion du monde assure son 7e succès consécutif, le 11e de la saison et le 37e de sa carrière. Il a en point de mire un certain Ayrton Senna au palmarès.

Kimi out

Parti dernier, Iceman n’aura fait que 400m, contraint à l’abandon après une touchette avec une Caterham. Direction endommagée, Räikkönen gare sa Lotus et part immédiatement du circuit, non sans avoir assuré son écurie de sa participation aux deux dernières courses lors de la tournée finale aux Amériques, à Austin puis Interlagos.

Vettel parti, la lutte entre Rosberg, Webber et Grosjean anime le début de course, tout comme la bataille pour les points entre les Sauber et Hamilton. Après la première salve de ravitaillements, les Ferrari, qui tentent le pari d’un arrêt, se retrouvent aux avant-postes. Grosjean sauve de justesse sa 4e place devant les deux F138 après leurs arrêts et part â l’assaut du podium. Mais jamais il ne pourra revenir sur Rosberg.

Bataille rangée

Si le podium est joué, depuis le début de la course, la bataille pour les points fait rage entre un Lewis Hamilton aux prises avec une W04 manquant de grip, les Sauber de Gutierrez encore très, et parfois trop incisif quand il faut défendre sa position, les Force India de Sutil et Di Resta et les Ferrari. A ce petit jeu, le dernier arrêt des italiennes permet à Alonso de profiter de gommes plus fraîches et de remonter en fin de course de la 8e à la 5e place. Pourtant l’Espagnol, en ressortant des stands, a passé Vergne hors limites de la piste. Placé sous investigation, il risque une pénalité. Di Resta est 6e devant Hamilton, Massa, Perez et Sutil.

Si bien qu’au championnat Pilotes et avant une éventuelle sanction, Alonso possède 37 points d’avance sur Räikkönen pour la place de vice-champion du monde. Chez les Constructeurs, Mercedes prend 11 unités de marge sur Ferrari et 37 sur Lotus. Tout reste ouvert pour Austin dans 15 jours et Interlagos dans trois semaines.

Vettel ce grand enfant

L’Allemand a recommencé ! Auteur d’un donut pour célébrer son succès, Vettel adresse un joli clin d’oeil à la FIA. Sera-t-il encore pénalisé ? La logique voudrait que oui, le sport que non !

Crédit photo : D.R

F1 – Inde : Vettel puissance 4

3evictoire en trois GP d’Inde et quatrième couronne mondiale pour Sebastian Vettel et quatrième titre pour RedBull. Le pilote allemand a archi-dominé cette édition 2013 et rentre un peu plus dans l’histoire de la F1 en devenant le troisième quadruple champion du monde consécutif après Fangio et M.Schumacher. Il rejoint également au palmarès Alain Prost. Rosberg termine 2e devant un excellent Grosjean, auteur d’une magnifique remontée. Course à oublier pour Alonso, Webber et Caterham.

20131027-122249.jpg

C’est Felipe Massa qui va effectuer le meilleur envol à l’extinction des feux. Si Vettel garde l’avantage sur Hamilton et Rosberg sur les deux premiers virages, la Ferrari profite de la longue ligne droite pour s’imposer au freinage devant les deux Mercedes.

Le départ a été plus mouvementé pour son équipier Alonso. L’Espagnol touche Webber après le premier virage, après que ce dernier ait été tassé par Räikkönen. L’aileron avant de la Ferrari est endommagé et ce n’est qu’un début pour Alonso. Au bout de la ligne droite, coincé entre deux monoplaces, la Ferrari touche la McLaren de Button. La roue avant gauche pose tout de suite des soucis au double champion du monde qui changera son museau lors de son premier arrêt et ne pourra jamais revenir dans la course aux points.

Deux tours et puis s’arrête

Deux tours, c’est le relais qu’effectue Vettel avec ses pneus tendres. La RedBull plonge dans la ligne des stands et ressort en mediums. Une stratégie particulière de l’écurie championne du monde mais qui va se révéler payante, puisque l’Allemand va remonter un à un ses concurrents pour venir s’imposer et décrocher la couronne mondiale. C’est le sixième succès consécutif en 2013 pour Vettel, à une victoire du record absolu

Webber coupé dans son élan

Un triomphe pour Vettel qui a été un temps menacé par la stratégie de Webber, parti en mediums. L’Australien se maintient devant son équipier avant de céder face aux assauts du jeune loup. Puis c’est une nouvelle fois la mécanique qui va venir couper les ailes de Webber. Un appel du stand lui intime l’ordre de s’arrêter, alternateur en berne. Webber s’exécute la mort dans l’âme. A noter que l’on a aussi entendu parler d’un problème de synchronisation de boîte sur la RB9.

Pour les accessits, la palme revient cette fois à Nico Rosberg. L’Allemand, bien que surpris par Massa dans le premier tour, a bien géré ses tours en tendres pour passer à l’offensive et ramarrer Sutil et Webber, tous deux sur une stratégie décalée. L’abandon de la RedBull et le passage aux stands de la Force India permettent à Nico de terminer 2e devant Grosjean auteur d’une superbe course.

La folle remontée de Grosjean, la folle chute de Kimi

Parti du fond de grille suite à ses qualifs manquées, Romain Grosjean a appliqué à la lettre le plan de Lotus pour remonter comme une balle en fin de course sur le podium de ce GP d’Inde. Il devance Massa, Perez auteur d’une fin de course remarquable, Hamilton, Räikkönen, qui était à l’agonie avec ses gommes dans les derniers tours et qui est repassé par les stands à un tour du but, Di Resta, Sutil et Ricciardo. Alonso finit 11e.

RedBull Racing décroche également la couronne des constructeurs grâce à cette nouvelle victoire. Prochaine course à Abu Dhabi, pour les trois dernières levées sans enjeu de la saison. Messieurs les pilotes : lâchez-vous désormais !

Crédit photo : D.R

F1 – Japon : La patience récompensée de Vettel

Cinquième victoire de rang pour Sebastian Vettel. Le triple champion du monde a pour une fois effectué une course d’attente sur le tracé de Suzuka derrière Grosjean et Webber pour venir s’imposer en fin de course. Webber assure le doublé à l’écurie autrichienne et Romain Grosjean signe un deuxième podium consécutif.

20131013-095936.jpg

Les départs à Suzuka sont en général très chauds, celui de 2013 n’a pas dérogé à la règle. À l’extinction des feux, Hamilton et Grosjean s’élancent mieux de leur deuxième ligne que Webber et Vettel. Hamilton s’infiltre entre les deux RedBull tandis que Grosjean choisit l’intérieur sur Vettel. L’Allemand doit s’incliner face à la Lotus mais en revenant sur sa gauche, Vettel touche le pneu arrière droit de la Mercedes d’Hamilton. Sanction immédiate : crevaison pour l’Anglais qui doit repasser par les stands à la fin du premier tour. Il abandonnera quelques boucles plus tard. Autre péripétie au premier virage quand Van der Garde accroche Jules Bianchi. Les deux monoplaces finissent dans le sable de Suzuka, leur course est terminée.

Romain Grosjean prend les commandes de la course à la faveur de son excellent envol. Webber est 2e devant Vettel qui s’inquiète de l’état de son aileron avant. Pas de soucis pourtant. Suivent Rosberg, Massa, Alonso.

Grosjean domine mais …

Les premiers arrêts se passent sans encombres pour les leaders, ce qui n’est pas le cas chez McLaren avec des roues arrière droites récalcitrantes sur les deux monoplaces de Button et Perez. Grosjean mène toujours les débats, avec Mark Webber à moins de 5″. Vettel joue caché en préservant ses gommes. Pour une fois, la stratégie va jouer en faveur du futur champion du monde.

Deuxième salve de ravitaillements à l’amorce du trentième passage. C’est le moment choisi par RedBull pour jouer un coup fin face à la Lotus de Grosjean. Vettel et Grosjean partent sur deux arrêts quand Webber tente les trois stops. Le champion du monde en titre va profiter de ses enveloppes plus fraîches (suite à son arrêt un peu plus tardif en début de course) pour passer Grosjean au 41e tour et se constituer un petit matelas suffisant pour aller chercher sa 5e victoire consécutive. Derrière, Webber profite de ses gommes mediums en fin de course pour passer Grosjean à deux tours du but. Dommage pour le Français, auteur d’un début de GP très intéressant, mais qui a dû s’incliner face au rythme supérieur des RedBull en course.

Alonso retarde le sacre de Vettel

Pour les accessits, c’est une nouvelle fois Fernando Alonso qui se classe le meilleur des autres et empêche le sacre de Vettel. La Ferrari est trop loin en performances pour aller jouer le podium à la régulière et les qualifications décevantes des Rouges n’ont pas aidé. L’Espagnol se classe devant Räikkönen, plutôt en retrait aujourd’hui et dont la stratégie n’aura cette fois pas suffit. Hülkenberg, qui avait un temps passé les Ferrari après son 2e arrêt, prend la 6e place devant son équipier Gutierrez qui marque ses premiers points en F1. Rosberg, sanctionné d’un drive-through pour une sortie de stands dangereuse face à Perez, Button et Massa, pénalisé pour excès de vitesse dans les stands complètent le top 10.

Vettel avec 90 points d’avance sur Alonso, se rapproche encore un peu plus du titre mondial, qui devrait logiquement tomber dans l’escarcelle de l’Allemand en Inde.

Crédit photo : RedBull

F1 – Corée : Encore Vettel

Sebastian Vettel remporte son huitième succès de l’année au bout d’une course à deux visages. Tout d’abord, un ennui profond, puis un deuxième acte qui a parfois tourné au burlesque avec une voiture de l’organisation en piste au milieu des monoplaces.

20131006-101157.jpg

Vettel sera champion du monde en fin de saison, cela ne fait plus guère de doute. Sur ce GP de Corée, l’Allemand a réussi son envol avant de maîtriser la course de bout en bout malgré deux interventions du Safety-Car. Au départ, Romain Grosjean passe Hamilton au 3e virage et tente de suivre tout de suite la RedBull. Mais c’est dans le peloton que l’action se passe avec Felipe Massa qui perd sa Ferrari au freinage du 3e virage et touche légèrement son équipier. Le Brésilien repart dernier et Alonso perd dans la manoeuvre une place. Button et Sutil doivent passer par les stands pour un aileron endommagé.

Morne course

Pendant les 25 premiers tours, la course va une nouvelle fois se résumer à un cavalier seul de Vettel, suivi par Grosjean, Hamilton, Hülkenberg, Alonso. L’Espagnol est coincé derrière le héros de cette course, qui profite d’une Sauber à la motricité parfaite et à la vitesse de pointe suffisante pour empêcher toute attaque au bout des deux lignes droites de Yeongam. Encore une fois, c’est un fait de course qui va relancer le suspense.

Pneu, aileron en folie

C’est tout d’abord Nico Rosberg qui voit son aileron avant tomber tout d’un coup dans la ligne droite opposée au moment où il dépasse Hamilton. Frayeur pour l’Allemand qui repasse par les stands. Le Safety-Car ne sera pas pour ce tour là, mais lorsque Perez voit son pneu avant droit partir en lambeau, le SC entre immédiatement en piste. C’est la précipitation dans les stands, et c’est Raïkkönen qui fait la bonne opération en se plaçant juste dans la foulée de son équipier.

Au restart, Vettel conserve son bien et Räikkönen en profite quelques temps plus tard pour passer Grosjean avant qu’une nouvelle péripétie amène une nouvelle entrée de la voiture de sécurité.

Webber accablé

Mark Webber se fait harponner par Di Resta au 3e virage et voit sa RedBull prendre feu quelques mètres plus loin. Carton rouge aux commissaires de Yeongam, trop longs à intervenir sur la RedBull en feu. Ce n’est pas fini dans le « n’importe quoi » puisque qu’un 4×4 entre en piste juste devant Vettel ! Un moment cocasse, qui aurait pu être très dangereux et qui ne plaide pas en faveur de l’organisation coréenne pour 2014.

Tout rentre dans l’ordre, et au restart Vettel s’envole vers la victoire devant les deux Lotus. La bataille pour la 4e place entre Hülkenberg, Hamilton, Alonso, Button et Rosberg nous offrira de belles passes d’armes, Lewis prenant le meilleur un temps sur la Sauber mais devant s’incliner finalement. Massa et Perez complètent le top 10.

Vettel doit encore marquer 48 points pour être champion alors que 125 points restent à distribuer. Une formalité en perspective.

Crédit photo : Sport Auto

F1 – Singapour : Vettel éteint tout le monde

Peloton anéanti, des téléspectateurs parfois pris de bâillements, Sebastian Vettel a totalement écrasé le GP de Singapour, malgré quelques alertes de freins en fin de course. Dans une fin de course un peu plus animée, Alonso prend la 2e place devant un héroïque Räikkönen. Grosjean, victime d’ennuis moteur a abandonné.

20130922-172559.jpg

Seul au monde, sur une autre planète, un extraterrestre … les métaphores et autres figures de style vont manquer pour qualifier Vettel et sa performance du jour sur le Marina Bay. La course de l’Allemand a été parfaite de bout en bout, malgré un départ pas si simple que cela.

Rosberg menaçant, Alonso éclatant

Au départ, Rosberg prend un meilleur envol que Vettel et vient lui chiper la première place au premier virage … avant que le champion du monde ne reprenne son bien dans le troisième virage. Dommage pour le pilote Mercedes, un poil trop vite au premier freinage. Derrière, c’est encore une fois Fernando Alonso qui se met en évidence avec un superbe départ, passant de la 7e à la 3e place, grâce à un passage sur la droite de la piste, et un extérieur de toute beauté sur Webber.

Vettel s’envole

L’Allemand va tout de suite creuser l’écart, à raison d’une seconde, voire plus, au tour sur Rosberg et Alonso. Le peloton se place ainsi en file indienne derrière la RedBull et … plus rien. Une course morne et franchement ennuyeuse commence. Aucune attaque sur un circuit où les zones de dépassements sont peu nombreuses et une première salve de ravitaillements qui ne change pas grand chose au classement.

Ricciardo au tapis

25e tour, Daniel Ricciardo tape le mur de pneus et provoque l’intervention (attendue) du Safety-Car. On pense alors voir un peu d’action au restart, surtout que Vettel, Rosberg, Webber et Hamilton ne sont pas repassés par les stands au contraire des Lotus et des Ferrari. Mais peine perdue, Vettel creuse à nouveau l’écart (certains tours, 2″ plus vite que tout le monde !) et la longue procession reprend. Heureusement, les dix derniers tours vont être autrement plus animés.

Stratégies différentes

Si Hamilton, Rosberg, Webber repassent par les stands, Alonso et Button n’effectuent pas de troisième arrêt. Une stratégie payante pour Alonso qui va monter sur le podium derrière l’intouchable Vettel. On retiendra le superbe dépassement pour la 3e place de Räikkönen sur Button. Kimi aura réalisé une course solide malgré son dos meurtri par un nerf coincé depuis vendredi soir.

Webber enflamme la fin de course

A 10 tours du but, la lutte pour les places d’honneur s’engage. C’est Webber qui allume le premier la mèche, passant coup sur coup les Mercedes et les McLaren. Suivent Hamilton et Rosberg qui fendent à leur tour le peloton en dépassant Button et Perez, les deux grands perdants de cette fin de course. On pense même voir Webber revenir sur Räikkönen pour la 3e marche du podium, mais la boîte de vitesses de l’Australien tombe en panne, et Webbo fini sa course dans une gerbe de flammes dans le dernier tour. Il aura servi une nouvelle fois de « paratonnerre » pour Vettel, qui a été victime d’un petit souci de freins en fin de course, suite à son début de course tonitruant, sans conséquences cependant.

Vettel devance donc Alonso et Räikkönen pour le podium. Rosberg, Hamilton, Massa, Button, Perez, Hülkenberg et Sutil complètent le top 10 et profitent des malheurs de Webber, pour monter d’un rang.

Moins de chance pour Grosjean. Auteur d’un départ moyen, le Français est resté dans le coup pour une bonne place jusqu’à ce qu’un souci de circuit d’air sur le moteur Renault ne vienne couper son élan. Vergne termine quant à lui 14e derrière la Williams de Bottas.

Au général, Vettel creuse encore plus l’écart sur Alonso. Räikkönen revient à trois unités d’Hamilton pur la troisième place. Prochaine course en Corée du Sud, le 6 octobre.

Crédit photo : AFP