GP2/GP3 : Les résultats de Monza

Les GP2 et GP3 Series avaient rendez-vous sur l’Autodrome de Monza. En GP2, la bonne opération du week-end est revenue au Suisse Fabio Leimer, nouveau leader au général. En GP3, Dany Kvyat a frappé fort en remportant la première course puis en terminant 2e de la seconde manche. Il revient à 7 points du leader Regalia.

20130909-093146.jpg

Pour la première course en GP2, Sam Bird s’élançait en pole position. Mais au départ, les deux monoplaces du Russian Time pilotées par Bird et le Français Tom Dillmann (3e sur la grille) voyaient arriver Fabio Leimer (Racing Engineering). Le Suisse s’emparait de la première place à l’amorce de la première chicane. Dans des conditions difficiles avec la pluie qui s’était abattue sur Monza, Leimer va résister jusqu’au bout à Bird pour s’offrir son 3e succès de l’année. Bird est 2e devant son équipier Dillmann. Avec les abandons de Nasr et Coletti, Leimer prenait les commandes du championnat avant la deuxième course.

Une deuxième manche où Adrian Quaife-Hobbs s’est imposé devant le poleman Alexander Rossi. Sam Bird termine 4e emmenant dans sa roue Dillmann 5e. Au général, Leimer voit revenir Bird sur ses talons. La fin de championnat s’annonce serrée.

Kvyat, héros du GP3

Depuis plusieurs courses, Dany Kvyat est en forme. Le Russe l’a encore prouvé sur le tracé italien en remportant la première course de main de maître depuis la pole position. Il devance Yelloly et le leader du général Regalia. Avec les abandons de Daly et Ellinas, Kvyat effectuait un solide rapproché sur Regalia au général.

Un retour en force confirmé en C2 où Kvyat décrochait la 2e place derrière Jack Harvey. Il revient à 7 points de Regalia, 4e de cette C2. Là encore, la fin de saison promet d’être disputée jusque dans les derniers mètres !

Crédit photo : GP3

F1 – Monza : Vettel en toute quiétude

Sebastian Vettel a remporté le GP d’Italie sans aucune contestation possible. Malgré un envol délicat, le triple champion du monde a conservé sa première place au premier freinage et a dominé le reste de la course. Derrière, la bataille a fait rage entre Webber et Alonso pour la 2e place. Au final, c’est l’Espagnol qui s’est imposé. Vergne a abandonné.

20130908-153146.jpg

Malgré la pluie menaçante, le peloton s’est élancé en pneus slicks. À l’extinction des feux, Vettel semble scotché mais réussit à garder l’avantage. Hulkenberg manque un peu son envol, ce qui profite aux deux Ferrari de Massa et Alonso qui viennent se porter à la hauteur des RedBull. Massa passe Webber et prend la 2e place.

Dans le peloton, Räikkönen se loupe au premier freinage et touche une McLaren. Aileron endommagé pour la Lotus et Kimi doit passer aux stands dès le 2e tour. La principale victime du 1er tour est Paul DiResta qui bloque ses roues avant avant la deuxième chicane et percute Grosjean. Abandon pour la Force India.

Hamilton et Räikkönen changent de stratégie

Alors que devant, Alonso passe Webber, puis Massa pour récupérer la 2e place, Räikkönen et Hamilton partent sur une stratégie à deux arrêts. L’Anglais est par ailleurs handicapé par une radio en panne. Le Finlandais ne pourra malheureusement pas profiter de ces deux arrêts. Hamilton lui, remonte comme un obus sur les deux McLaren de Perez et Button.

Devant, Vettel caracole en tête et gère parfaitement son arrêt pneus. Pour le podium, Mark Webber va passer Massa à la faveur de son arrêt et se lance à la poursuite de Alonso. Mais encore une fois, la mécanique vient jouer des tours à l’Australien.

Souci de boîte pour Webber

Alors qu’il menace la Ferrari, Webber est informé que sa boîte rencontre des soucis. Il doit lever le pied et Alonso peut souffler. L’Australien devra surveiller Massa mais conservera la 3e marche du podium.

Massa est 4e devant un excellent Hülkenberg qui marque de gros points pour Sauber. Hamilton aura animé la fin de course en passant de la 12e à la 9e place en faisant un festival face aux 2 McLaren. Mais il butera sur Grosjean 8e, devancé par Ricciardo 7e et Rosberg 6e. Button marque le point de la 10e place.

Le 6e succès de la saison de Vettel, lui permet de conforter son avance au général devant Alonso. Le pilote espagnol voit d’ailleurs revenir Vettel au nombre de victoires en GP. Pour Ferrari? les espoirs de titre pilote et constructeur se sont dans doute envolés. Les Rouges vont sans doute jeter toutes leurs forces dans la monoplace 2014.

Vergne a été contraint à l’abandon alors qu’il était bien calé en fin de top 10. Sutil a aussi abandonné en fin de course, concluant un week-end noir pour Force India.

Crédit photo : F1

F1 – Monza Qualifs : Vettel, 40e rugissante !

En monopolisant la première ligne du GP d’Italie, RedBull a fait tourner le rêve italien d’une première ligne Ferrari au cauchemar. Vettel et Webber partiront demain devant le reste de la meute emmenée par un surprenant Nico Hülkenberg.

20130930-131226.jpg

Les RedBull ont frappé fort ! Vettel a décroché sa 40e pole en carrière et partira demain en position de force pour ce GP d’Italie. Derrière lui, Mark Webber sera en position de « protection » juste devant la surprise de cette séance de qualifications, Nico Hülkenberg. Le pilote Sauber a crée la sensation aujourd’hui en se plaçant juste devant les deux Ferrari de Massa et Alonso. L’ordre peut surprendre, mais l’Espagnol n’a pas pu profiter du travail d’équipe du Brésilien avec l’aspiration pour viser la pole.

Lotus et Hamilton coulent

Aucune Lotus, pas de Hamilton en Q3. Les surprises se sont accumulées durant ces qualifs. Le pilote Mercedes a été vraisemblablement gêné par Adrian Sutil dans son dernier tour lancé en Q2. De leur côté, les Lotus n’ont pas répondu présent. Räikkönen et Grosjean n’ont jamais pu se mêler à la lutte pour les premières places. Les trois larrons se classent 11e (Räikkö), 12e (Hamilton) et 13e (Grosjean)

McLaren et Toro Rosso profitent des difficultés des voitures noir et or pour placer les deux monoplaces dans le Top 10. Ricciardo se qualifie 7e devant Perez, Button et Vergne. Et dans la lutte des deux plus petites écuries, VanderGarde termine devant Pic, Bianchi et Chilton. Départ de la course demain à 14h.

Crédit photo : RedBull

F1 – Monza FP3 : Vettel pour conclure

C’est Sebastian Vettel qui a réalisé le meilleur temps de la dernière séance d’essais libres du GP d’Italie. Place désormais aux qualifs à 14h.

20130930-131338.jpg

Les derniers ajustements ont eu lieu ce matin à Monza en prévision des qualifs de cet après-midi. On a pu notamment voir les Ferrari rouler ensemble, Massa faisant profiter Alonso de son aspiration. Un remake des qualifs de l’an dernier est à prévoir chez les Rouges.

Lotus en retrait, Vettel encore devant

Sebastian Vettel a de nouveau terminé en tête sur le circuit italien. Il devance Alonso de 283 millièmes. Mark Webber est 3e devant Hamilton, Perez, Ricciardo, Massa, Button, Maldonado et Räikkönen qui complète le top 10. Mais les Lotus ont semblé un ton en dessous par rapport à hier après-midi. Romain Grosjean s’est notamment plaint d’un manque flagrant de grip sur son E21.

Parmi les faits notables de ces EL3, on signalera la sortie de Paul Di Resta à la sortie de la Parabolica. L’Anglais a été contraint de rejoindre les stands à pied, sa Force India ayant terminé sa course dans le sable.

Vettel parait le mieux armé pour décrocher la pole tout à l’heure, mais attention à Ferrari et au tandem Alonso-Massa qui pourrait nous surprendre avec un travail d’équipe rondement étudié. Mercedes reste à l’affût, même si Nico Rosberg n’apparait aussi tranchant qu’à l’accoutumée. Rendez-vous dès 14h !

Crédit photo : RedBull

F1 – Monza FP2 : Vettel à toute allure

Le triple champion du monde en titre a frappé un grand coup lors de la deuxième séance d’essais libres du GP d’Italie à Monza. Vettel a devancé son équipier Mark Webber de plus de 6/10e et les deux Lotus de Räikkönen et Grosjean, toutes deux dans le même temps.

20130930-131434.jpg

Sous un soleil de fin d’été, les deux monoplaces flanquées du taureau rouge ont dominé cette deuxième session d’essais sur le tracé italien. Mais le champion du monde avait sans doute mis un peu de boisson énergisante dans la gourde de sa RedBull, tant il a surclassé ses rivaux. Des adversaires parmi lesquels son futur ex-équipier Webber, premier chasseur relégué à plus de 6/10e de seconde ! Un vrai gouffre, d’autant plus sur ce circuit de Monza, où les écarts sont traditionnellements faibles.

Lotus en rang serré

Et même plus que serré, puisque les deux monoplaces noir et or terminent exactement dans le même temps. Räikkönen devance au classement Grosjean, mais ce dernier a montré qu’il faudra peut-être compter avec lui ce week-end. Le Français a aussi mis en avant le fait que la Lotus version « courte » semble marcher aussi fort que la version « longue » mise à disposition de Iceman.

Derrière les deux duettistes de Lotus, on retrouve Fernando Alonso. L’Espagnol finit ces EL2 à 0″8s de Vettel et devance les deux Mercedes de Hamilton et Rosberg. Massa, victime d’un ennui de boîte de vitesses en fin de session et sous le coup d’une investigation pour avoir franchi le feu rouge en EL1, Button et Perez complètent le top 10.

Retour des Frenchies

Absents ce matin, Pic (Caterham) et Bianchi (Marussia) ont retrouvé leur baquet cet après-midi. Ils terminent en 20e et 22e position mais ont dû dégrossir leur setup, quand les autres monoplaces ont cherché un peu de performance. Notons enfin que Vergne devance une nouvelle fois Ricciardo.

Crédit photo : RedBull

F1 – Monza FP1 : Hamilton emmène la meute

Lewis Hamilton confirme que les Mercedes aiment les circuits rapides. Le champion du monde 2008 signe le meilleur temps de la première séance d’essais libres devant Fernando Alonso et Nico Rosberg.

20130930-131621.jpg

Des tours à près de 240 km/h de moyenne, des pointes à près de 340 km/h, l’Autodromo de Monza est un circuit de moteurs et de monoplaces bien profilées avec des ailerons en lame de rasoir. Tout ce qui convient en quelque sorte aux Mercedes W04, qui se sont montrées très véloces ce matin, bien aidées par leur nouveau package aéro « faible appui » développé pour la course italienne. Hamilton signe la meilleure marque en 1’25″565, 39 millièmes devant le héros de tout un peuple, Fernando Alonso.

Toute l’Italie attend Alonso

L’Espagnol avait annoncé que Ferrari serait de retour dès Monza, il avait vu juste. il s’intercale entre les deux Flèches d’Argent, Nico Rosberg complétant le podium de ces EL1. Alonso aurait même pu signer le meilleur chrono, mais une petite erreur dans son dernier tour lancé à la sortie de la Parabolica, lui a ôté ce plaisir.

Vettel est 4e devant Räikkönen et sa Lotus version « longue ». Suivent ensuite les deux McLaren de Perez et Button qui confirment les progrès entrevus depuis la Hongrie. Webber n’est que 8e devant un surprenant Maldonado et Jean-Eric Vergne, qui a confirmé qu’il serait chez Toro Rosso en 2014, complète le top 10 de cette première séance. Grosjean est 12e, devant le futur pilote RedBull Ricciardo et Felipe Massa. Kovalainen a remplacé Pic et signe le 21e chrono devant Gonzalez, présent en lieu et place de Jules Bianchi chez Marussia.

Enfin, James Calado a effectué sa première séance en tant que pilote de réserve chez Force India. L’Anglais au 17e rang à 4/10e de son équipier Di Resta.

Ferrari ou la Comedia Dell’Arte

Fin de session et Fernando Alonso rentre aux stands pour procéder à un test de départ, quand Felipe Massa arrive. Le Brésilien a été à deux doigts de percuter son équipier dans une scène qui aurait fait bien mauvaise impression pour la Scuderia à domicile.

Crédit photo : Mercedes

Présentation GP F1 d’Italie

Temple de la vitesse, Monza reste une étape à part dans le calendrier. Dernier GP européen avant le départ pour l’Asie et les Amériques, son ambiance toute « Ferrari » est intacte et piloter sur les 5,7 km de l’Autodromo est toujours un défi.

Le mythe Monza

Monza est un peu le dernier des géants. Un circuit encore à l’ancienne. La sécurité s’est toutefois nettement améliorée sur le tracé italien. On sent toujours l’histoire qui flotte dans l’air pour ce qui demeure le dernier GP européen de la saison.

Qui dit Monza, dit temple de la vitesse. Et qui dit vitesse dit peu d’appuis aéro. Les ailerons sont des lames de rasoir presque parallèles au sol. Le moteur est ultra sollicité et il faut faire attention à ne pas se laisser surprendre sur les freinages, où les bosses et le peu d’appuis ne facilitent pas la tâche. Deux endroits mythiques jalonnent ce tracé : le double droite de Lesmo, et surtout la fabuleuse Parabolica qui conditionne la ligne droite des stands.

Fiche technique

20130326-101634.jpg

Sur le web : http://www.monzanet.it et sur Twitter :

5,793 km de développement

11 virages

DRS : après la Parabolica jusqu’à la Variante del Rettifilio (première chicane), puis après Lesmo jusqu’à Ascari

Rotation dans le sens horaire

53 tours pour une distance de course de 306,7km

Le Tour du Circuit (M.Schumacher 2003)

Le programme Canal +

6 septembre
– Libres 1 : 9h50 sur Canal + Sport
– Libres 2 : 13h50 sur Canal + Sport

7 septembre
– Libres 3 : 9h50 sur Canal + Sport
– Qualifs : dès 13h45 sur Canal + Sport

8 septembre
– La grille : 13h15 sur Canal +
– La course : 13h45 sur Canal +
– Formula One : 18h05 sur Canal + en clair.

Le vainqueur de l’an passé

Lewis Hamilton a dominé de bout en bout l’édition 2012 du GP d’Italie. Parti de la pole, le pilote McLaren ne sera jamais inquiété. La lutte derrière lui sera autrement plus serrée.

Vettel et Alonso se déchirent pour la 2e place. L’Allemand va même tasser la Ferrari dans l’herbe de la Curva Grande. Pénalité pour le champion du monde, qui ne verra de toute façon pas l’arrivée, trahi par son alternateur. Hamilton s’impose devant Perez qui a littéralement déposé les deux Ferrari en fin de course, suite à une stratégie pneus différente, et Alonso termine 3e.

Italie Classic : Monza 1988

Le GP d’Italie 1988 est le théâtre d’un formidable doublé des Ferrari de Berger et Alboreto, dans un contexte spécial. Enzo Ferrari vient de s’éteindre en août. Les Rouges rendent donc un hommage parfait au Commendatore. Mais c’est aussi le seul GP qui ne sera pas remporté en 88 par McLaren. Et ça, c’était un exploit !Cliquez ici pour revivre le GP d’Italie 1988

Crédit photo : Wikipédia