Ferrari étudie un recours sur les résultats du Brésil

EDIT 11h30 30/11 : Suite aux décalrations de la FIA qui annonce que le dépassement de Vettel est légal, puisque effectué alors qu’un commissaire brandissait un drapeau vert, qui prévaut sur les lumières du bord de piste, Ferrari considère l’épisode terminé.

EDIT 12h30 29/11 : La FIA confirme que Sebastian Vettel a doublé sous drapeau vert, donc son dépassement est légal. Ferrari sollicite néanmoins une clarification

La Scuderia Ferrari serait donc bien en train de voir si un recours était possible sur les résultats du GP du Brésil. Un dépassement litigieux de Vettel sous drapeau jaune en serait la cause. Explications

En France, nous avons l’imbroglio de l’UMP et des résultats de l’élection du président du parti, et le titre F1 2012 pourrait aussi suivre la voie du recours. Après le crash du premier tour, impliquant notamment Vettel, les drapeaux jaunes ont été sortis sur la première portion du tracé d’Interlagos.
C’est là que Ferrari se pose la question d’un dépassement possible du champion du monde sur la Toro Rosso de Jean-Eric Vergne, sous le régime du drapeau jaune au 4e tour du GP.

Une vidéo troublante

Pour mémoire, le règlement FIA interdit tout dépassement sous régime du drapeau jaune. Et une vidéo postée sur Youtube montre Vettel dépasser Vergne, alors qu’un drapeau jaune est indiqué par les lumières en bord de piste. A la fin de sa manoeuvre, la lumière indique apparemment un drapeau vert, mais le dépassement a déjà été effectué.

Il faut cependant nuancer tout cela. A ce même endroit un tour avant, un drapeau vert aurait été agité (et Vettel a dépassé Pic à ce moment là). Le drapeau vert était-il encore de sorti au 4e tour ? C’est toute la question.

Vendredi dernier délai

Si la Scuderia veut faire appel, la date butoir est vendredi. On imagine mal le titre mondial se jouer sur tapis vert. Car si Vettel est reconnu coupable de dépassement sous drapeau jaune, la pénalité qui serait infligée (20 secondes au classement final de l ‘épreuve) offrirait automatiquement le titre à Alonso.

Tous les développements à suivre sur Blogautosport.

ZapAuto 30/11

Pour ce ZapAuto du 30 novembre, on retrouve des vidéos volées des derniers modèles Porsche, Kimi RaÏkkönen en mode rallye lors du GP du Brésil, ou encore le dernier épisode de Tooned avec l’apparition de Sergio Perez, pilote McLaren en 2013.

Au menu également, la vidéo qui aura fait couler un peu d’encre cette semaine où l’on voit Vettel dépasser sous drapeau jaune (indiqué par un annonceur lumineux) lors du dernier GP au Brésil. La FIA aura finalement annoncé que le dépassement était légal, puisque un commissaire agitait son drapeau qui prévaut sur les lumières.

Pour finir, une vidéo d’une Lamborghini et les meilleurs souvenirs de Ford en rallye de quelques journalistes auto (petite dédicace à Fred Billet)

Chevrolet dévoile sa SS 2013

Chevrolet a enfin dévoilé la voiture qui défendra les couleurs de la marque en Nascar Sprint Cup 2013. La SS Racecar remplace la vénérable Impala qui a notamment aidé Jimmie Johnson a remporté ses titres.

La SS ressemble comme les autres voitures 2013 de plus en plus aux voitures de série. Voici plusieurs clichés, dont la voiture présentée par Chevrolet lors de la présentation de ce soir, les livrées de la n°42 de Juan Pablo Montoya, DaleJr et sa 88, les Chevy de Johnson, McMurray et Tony Stewart

20121129-191210.jpg

20121129-191644.jpg

20121129-191655.jpg

20121129-191716.jpg

20121129-191738.jpg

20121129-191746.jpg

20121129-191758.jpg

Crédits photos : Chevrolet, Team Chevy, Team Hendrick, JR Motorsports, Team EGR

Maldonado et Bottas chez Williams en 2013

La grille de départ de la F1 2013 continue de se dessiner. L’écurie Williams a annoncé ce matin que ses pilotes pour 2013 seraient Pastor Maldonado et Valtteri Bottas. Si la prolongation du Vénézuélien ne faisait guère de doutes, il subsistait un petit suspense pour le deuxième volant, même si la rumeur Bottas s’est transformée en presque certitude depuis deux bons mois.

Le Finlandais Bottas, champion GP3 2010 et pilote de réserve Williams cette année où on a pu le voir le vendredi lors des essais libres très bien se comporter en piste, a déclaré que « Ça a toujours été un rêve de courir en Formule 1, et le faire avec l’une des équipes les plus légendaires dans le sport est incroyablement spécial ».

Cette officialisation laisse donc Bruno Senna sans volant pour le moment. Le Brésilien, en retrait par rapport à Maldonado cette année, saura-t-il rebondir comme l’an passé à la même période ? Plusieurs volants restent encore à confirmer, comme chez Caterham ou Marussia. Blogautosport sera là pour toutes les futures annonces !

Vettel, champion du monde au bout du suspense

Sebastian Vettel devient champion du monde pour la troisième fois d’affilée après une course incroyable au Brésil. Revenu de l’enfer après un accrochage dans le premier tour, Vettel avec sa sixième place, sécurise une 3e couronne. Button remporte la course devant Alonso, 2e qui échoue à 3 pts de Vettel au championnat. Massa complète le podium

Senna accroche Vettel

Après un départ où les Ferrari de Massa et Alonso ont pris un formidable envol passant notamment, la RedBull de Vettel, les évènements vont se précipiter dès le 3e virage.
Senna va toucher Vettel, qui part en toupie et s’en sort sans trop de dommages (Zone de l’échappement abîmée). Autour de la RedBull, Perez et Maldonado sont contraints à l’abandon dans la cohue générale. Vettel peut repartir, mais en queue de peloton.

Assez bizarrement, le SafetyCar ne sort pas. Devant, Hamilton et Button se disputent le leadership, et commencent à s’échapper. L’autre bouleversement va arriver du ciel.

De l’eau un peu, de l’eau beaucoup !

Alors que Romain Grosjean sort assez fort, on commence à constater que la pluie attendue arrive sur Saõ Paolo. Si la plupart des pilotes chaussent les intermédiaires, Button et Hulkenberg décident de rester en piste. Bonne pioche puisque les deux pilotes s’échappent largement.

La pluie cesse quelque peu et dans le peloton, une certaine hésitation se fait sentir. Repasser les slicks, rester en inter ? Le premier choix sera le bon, et le duo Button/Hulkenberg possède alors près de 45 s d’avance sur Hamilton alors 3e.

SafetyCar

Après plusieurs contacts dans le peloton, la piste est par endroits jonchée de débris. Le SafetyCar entre en piste, reduisant à néant les efforts de Button et Hulkenberg. Au restart, Hulkenberg prend l’avantage sur la McLaren, alors que Webber tiretout droit pour éviter un contact avec Vettel ! La tension est palpable sur cette poste piégieuse.
Quelques tours plus tard, la pluie revient et Hulkenberg va se faire surprendre au virage 1. Button repasse en tête, et Hamilton se rapproche. Alors que Lewis tente le dépassement dans les S de Senna, Hulkenberg perd légèrement sa Force India et va toucher la McLaren. Train avant ouvert, Hamilton est contraint à l’abandon.

Derrière un Button intouchable, Massa 2e, laisse logiquement passer Alonso. Mais Vettel qui passe Schumacher pour la 6e place, reste accroché à sa couronne. A un tour de la fin, DiResta sort dans la remontée vers les stands, entraînant la sortie du SafetyCar pour le dernier tour. Le peloton franchit la ligne, avec Button vainqueur devant Alonso et Massa.

Vettel dans l’histoire

Il aura donc manqué 3 points à Alonso pour décrocher le titre. L’Espagnol regrettera longtemps ses deux résultats blancs à Spa et Suzuka.
Avec cette 3e couronne mondiale consécutive, Vettel rejoint Brabham, Stewart, Lauda, Piquet et Senna au rang des triples champions du monde. Mais en le faisant trois fois consécutivement, Vettel devient l’égal de Fangio et Schumacher.

Petit mot de Schumi justement qui a disputé son dernier GP aujourd’hui. Une course sage de l’Allemand, sans coup d’éclat, et une arrivée dans les points pour sa dernière course. Le passage de témoin n’est que plus flagrant entre Schumi et Vettel, digne successeur de son illustre compatriote.

La F1, c’est fini pour 2012, mais restez sur blogautosport, sur Twitter et Facebook pour toute l’actu des transferts et de l’inter-saison !

Hamilton en pole à Interlagos

Superbe Lewis Hamilton qui décroche la pole pour son dernier GP avec McLaren. C’est la 26e pole de l’Anglais, qui devance Button et Webber. Vettel est 4e et Alonso 7e, après la pénalité de Maldonado.

McLaren plus forte

Déjà à Austin, puis depuis hier à Interlagos, les McLaren semblent avoir pris le dessus sur les RedBull en cette fin de saison. Hamilton confirme avec cette pole position et Button le suit de très près.
Dans la course au titre, Vettel a encore pris un petit avantage sur Alonso. Le double champion du monde en titre s’élancera 4e, alors que son rival de Ferrari partira 7e. Au vu de la performance de Massa (5e), on est en droit de se demander si Alonso n’a pas déjà anticipé une météo capricieuse demain, avec un package aéro et des réglages en conséquences. A voir lors des interviews.

Grosjean out dans un accrochage

Pour Romain Grosjean, les qualifs se sont arrêtées dès Q1 avec un contact avec une HRT (De La Rosa). Changement d’aileron avant obligatoire pour le Français, et impossible d’améliorer derrière.

Sinon on notera la bonne surprise avec Maldonado 6e et Hulkenberg 7e. Mais le pilote Williams a été pénalisé de 10 places pour avoir ignorer la pesée. Ceci lui vaut une réprimande (3e de l’année) et donc une pénalité (article 18.2 du règlement sportif). Alonso remonte donc 7e.

Grille de départ via autosport.com (Maldonado recule de 10 places)

1. Lewis Hamilton McLaren-Mercedes 1m12.458s
2. Jenson Button McLaren-Mercedes 1m12.513s + 0.055
3. Mark Webber Red Bull-Renault 1m12.581s + 0.123
4. Sebastian Vettel Red Bull-Renault 1m12.760s + 0.302
5. Felipe Massa Ferrari 1m12.987s + 0.529
6. Pastor Maldonado Williams-Renault 1m13.174s + 0.716
7. Nico Hulkenberg Force India-Mercedes1m13.206s + 0.748
8. Fernando Alonso Ferrari 1m13.253s + 0.795
9. Kimi Raikkonen Lotus-Renault 1m13.298s + 0.840
10. Nico Rosberg Mercedes 1m13.489s + 1.031
Q2 cut-off time: 1m14.048s Gap **
11. Paul di Resta Force India-Mercedes 1m14.121s + 0.912
12. Bruno Senna Williams-Renault 1m14.219s + 1.010
13. Sergio Perez Sauber-Ferrari 1m14.234s + 1.025
14. Michael Schumacher Mercedes 1m14.334s + 1.125
15. Kamui Kobayashi Sauber-Ferrari 1m14.380s + 1.171
16. Daniel Ricciardo Toro Rosso-Ferrari 1m14.574s + 1.365
17. Jean-Eric Vergne Toro Rosso-Ferrari 1m14.619s + 1.410
Q1 cut-off time: 1m16.744s Gap *
18. Romain Grosjean Lotus-Renault 1m16.967s + 1.892
19. Vitaly Petrov Caterham-Renault 1m17.073s + 1.998
20. Heikki Kovalainen Caterham-Renault 1m17.086s + 2.011
21. Timo Glock Marussia-Cosworth 1m17.508s + 2.433
22. Charles Pic Marussia-Cosworth 1m18.104s + 3.029
23. Narain Karthikeyan HRT-Cosworth 1m19.576s + 4.501
24. Pedro de la Rosa HRT-Cosworth 1m19.699s + 4.624

107% time: 1m20.330s

Coup d’Oeil dans le Rétro F1 : Brésil 2008, Hamilton champion miracle

Pour ce dernier Coup d’Oeil dans le Rétro de l’année, revenons sur le final incroyable du GP du Brésil 2008, où Lewis Hamilton décroche le titre dans le dernier virage.

Suzuka a longtemps tenu le rôle du circuit décisif dans l’attribution du titre, notamment dans les années 80 et 90. Interlagos a pris la place de Suzuka en tant que dernier GP, et nous a offert certaines des plus belles courses de la F1, comme en 2007 avec le sacre de Raïkkönen.

Pour la course de 2008, le titre doit se jouer entre Massa et Hamilton. L’Anglais, malheureux l’an passé face à Alonso et Raïkkönen, veut enfin gagner ce titre. De son côté, Massa espère aussi décrocher son premier titre devant son public.
Léger avantage pour le Brésilien, vainqueur des deux dernières courses disputées à Interlagos et en pole position pour ce dernier GP 2008. Hamilton, lui possède l’avantage au championnat avec 7 longueurs d’avance, autant dire un matelas plus que confortable. Mais la course, comme en 2007, va lui être défavorable au début.

Départ sur une piste traîtresse

Les pilotes s’élancent 10 minutes en retard suite à une violente averse. Les intermédiaires sont montés sur la plupart des voitures, sauf Kubica qui reste en configuration sec. Il repassera par les stands à la fin du tour de formation. A l’extinction des feux, Massa garde la tête devant Trulli, Raïkkönen et Hamilton.

Le début de course est marqué par l’intervention du SafetyCar suite aux sorties de Coulthard et Piquet. Au restart, les positions restent les mêmes. Les conditions de piste s’améliorent et les écuries montent les pneus « slicks ». Massa mène toujours, mais Hamilton confortablement installé en 4e position est toujours en position d’être champion.

Retour de la pluie et retournement de situation

Au 63e tour, la pluie recommence à tomber. Les leaders s’arrêtent pour rechausser les intermédiaires. Et coup de théâtre, Hamilton commence à descendre dans la hiérarchie. Vettel le passe après une belle lutte, ce qui place le pilote McLaren en 6e position ! Avec Massa en tête, c’est le pilote Ferrari qui serait champion. Au fil des tours, Hamilton essaie de remonter mais rien n’y fait.
La pluie s’intensifie quelque peu, et c’est ce qui va sauver Hamilton. Timo Glock alors 4e et n’ayant pas remonté des intermédiaires, souffre de plus en plus sur le circuit humide d’Interlagos. Il reste deux tours pour que Hamilton passe 5e et décroche ce point essentiel pour être champion. Et dans le dernier virage avant la longue ligne droite du dernier tour, Hamilton et Vettel passent un Glock à l’agonie. On lui reprochera par la suite de s’être écarté au profit de Lewis.

Devant, Massa franchit la ligne d’arrivée. A ce moment il est champion du monde, car Hamilton est encore pointé 6e. Joie dans le stand Ferrari, mais Hamilton coupe la ligne en 5e position. Rob Smedley annonce la nouvelle à la radio à Felipe, et le stand Ferrari comprend que c’est bien Hamilton champion. L’image de Massa sur le podium en larmes restera un grand moment de la F1, à la fois tragique et intense.
Hamilton devient champion du monde pour un point. Contrairement à 2007, où il n’avait pas réussi à accrocher ce point salvateur de la 5e place, Lewis a su retourner la situation en sa faveur. Il peut remercier le ciel de São Paolo qui lui aura offert un titre qu’il pensait perdu.

Coup d’Oeil dans le Rétro F1 : Brésil 2007, Kimi au bout du suspense

Tout aussi incroyable que l’arrivée de 2008 que nous verrons par la suite, le GP du Brésil 2007 nous a offert une course magnifique, où le titre mondial était en jeu. Alonso, Hamilton, ou Raïkkönen, qui allait décrocher la timbale ?

Vers un duel Alonso-Hamilton

Avant ce GP, trois pilotes peuvent mathématiquement être champion. Les deux pilotes McLaren Lewis Hamilton (leader du championnat) et Fernando Alonso, et Kimi Raïkkönen sur sa Ferrari. Le Finlandais est tout de même à 7 points du leader Hamilton, et à 4 de Alonso. Il faut un petit miracle pour que Raïkkö soit champion.

Les Ferrari sont en forme. Raïkkönen a remporté le dernier GP en Chine, et Massa est en pole position ici à Interlagos. Hamilton est 2e sur la grille, Raïkkönen 3e, Alonso 4e. Autant dire que la course s’annonçait serrée.

Départ mouvementé

Felipe Massa conserve l’avantage de sa pole à l’amorce des S de Senna, alors que Hamilton se fait déborder par Raïkkönen, puis Alonso. En tentant de défendre sa position face à son coéquipier, Hamilton sort trop large. Il revient sur la piste en 8e position. Quel début de course ! La course au championnat est complètement relancée, et c’est Alonso, le double champion du monde en titre qui parait le mieux placé pour conserver son bien.

Problème de boite pour Hamilton

Lewis ne se laisse pas abattre par ce premier coup du sort. Au 3e tour, il est déjà revenu en 6e place, quand la McLaren ralentit soudainement. La boîte de Lewis fait des siennes. Impossible de changer de rapport, et le neutre s’enclenche sur la Flèche d’Argent. Tout le peloton repasse Hamilton qui réussit néanmoins un « reboot » de sa monoplace. Il repart mais cette fois, son retard est important. Le destin semble s’acharner.
Devant, les deux Ferrari s’échappent par rapport à Alonso. Toute la course va être une formalité pour Massa et Raïkkönen. Pour que le Finlandais soit champion, il faut marquer 8 points de plus que Lewis. Soit par exemple, remporter la course et que Hamilton ne soit pas 5e. Hamilton ne réussira pas à remonter au-delà de la 6e place, et lors du dernier ravitaillement, Massa ressort derrière Kimi, pour assurer le maximum de points.

Raïkkönen devient champion du monde pour sa première saison en Rouge, alors qu’on ne lui donnait pas une seule chance à l’amorce de ce dernier GP. Il devance Alonso et Hamilton d’un tout petit point au championnat. Les relations difficiles entre les deux pilotes McLaren ont sans doute coûté le titre à l’un des deux, et ont permis à Raïkkönen, auteur d’une fin de saison exceptionnelle de les coiffer au poteau.
Alonso va par ailleurs quitter McLaren pour revenir chez Renault. Lewis saura prendre sa revanche en 2008, sur ce même GP du Brésil.

Charles Pic chez Caterham et Gutierrez chez Sauber pour 2013 !

Petit billet pour annoncer l’arrivée officielle de Charles Pic chez Caterham en 2013. Les rumeurs laissaient présager ce transfert depuis quelques semaines, et l’écurie a officialisé l’arrivée du jeune Français ce matin. Pic passe donc de Marussia à Caterham, ce qui laisse une place vacante aux côtés de Timo Glock. Qui pour récupérer ce volant ? Chilton, Petrov ? Les pistes sont nombreuses !

Gutierrez chez Sauber

Autre transfert officialisé ce matin, mais dont tout le monde connaissait l’existence depuis hier, Esteban Gutierrez prend la place de Kamui Kobayashi chez Sauber pour l’an prochain. C’est Sergio Perez, futur ex-pilote Sauber, qui a vendu la mèche hier en annonçant l’arrivée de Gutierrez. Le pilote profite du soutien de Telmex, déjà sponsor de Sauber depuis l’arrivée de Perez en 2011, et rejoint Nico Hulkenberg, déjà officialisé la semaine denrière.

Cette arrivée laisse pour le moment Kobayashi sans volant. Le pilote japonais a même lancé un site web pour un appel aux dons pour trouver un volant en 2013 : Appel aux dons de Kobayashi