WTCC – Slovaquie : Honda et Coronel s’illustrent

Honda a frappé fort en C1 avec un triplé des Civic emmenées par Tarquini. Dans la deuxième manche, Tom Coronel s’impose devant Yvan Muller, auteur d’une belle course et d’un superbe dépassement sur Huff.

20130428-163214.jpg

Honda en impose

1-2-3 au départ, 1-2-3 à l’arrivée. La C1 a été dominée de la tête et des épaules par les Japonaises. Gabriele Tarquini offre sa première victoire en WTCC à Honda en devançant Monteiro et Michelisz. Personne n’a pu contester leur domination, et il faudra compter avec Honda pour le titre cette année.

20130428-163240.jpg

Coronel facile, Muller fait le spectacle

Avec la règle de la grille inversée, Tom Coronel profite de sa bonne position pour s’imposer au départ devant Oriola. Le pilote BMW ne sera jamais rejoint. Par contre derrière, la lutte est intense.

20130428-163306.jpg

Muller et Tarquini se chauffe pour la 4e place. Le Français impose sa Chevrolet et part à l’assaut de Oriola, 2e à ce moment de la course. Ce dernier se fait passer quasiment simultanément par Huff, Muller, Tarquini et Monteiro. Puis Muller va s’imposer sur Huff sur une très belle manoeuvre. Le Français termine 2e de cette C2, et augmente son avance au général à 24 points sur Tarquini son nouveau dauphin.

Crédit photo : Honda WTCC, BMW Motorsport

NASCAR – SCS Richmond : Harvick au finish

Kevin Harvick a remporté la course de Richmond en Sprint Cup Series hier. Le pilote Richard Childress devance Clint Bowyer et Joey Logano. On apprécie le retour en forme de Juan-Pablo Montoya, 4e.

20130428-093322.jpg

Bowyer et Kenseth mènent la charge

Ils ont animé la majeure partie de la course. Le poleman Matt Kenseth, qui avait fait l’actualité cette semaine après sa lourde pénalité suite au Kansas a parfaitement entamé la course sur l’ovale de Richmond. Par la suite, le pilote Joe Gibbs a vu la Toyota de Clint Bowyer venir lui contester la première place. Ces deux-là vont mener un train d’enfer sur les 254 premiers tours de course. On verra aussi Stewart et Busch se frotter quelque peu.

Final musclé

Nouveau restart au tour 321. Johnson se loupe après un petit contact avec Truex Jr. Tony Stewart tente de passer la Chevrolet 48. Johnson et Stewart partent en tête-à-queue, et le pauvre Kyle Busch arrive à ce moment là. Contact entre la 18 et la 48. Nouvelle interruption.

Au restart, Montoya mène … quand Vickers, Martin et Kahne se sortent. Nouveau drapeau jaune.

Truex part en toupie, alors qu’il est en lutte pour la deuxième place avec Kurt Busch et Vickers se sort encore au 395e tour. La fin de course se déroulera sous le régime du GWC Flag. Au restart, Harvick vient se placer en tête du peloton. Bowyer est dans sa roue, mais ne réussit pas à passer la Chevrolet. Première victoire de l’année pour la 29 de Harvick.

Les favoris ont connu une course difficile. Johnson a été pris dans un accrochage avec Kyle Busch, Brad Keselowski termine 33e, après un ennui moteur.

Crédit photo : Nascar

ERC – Açores : Kopecky brave les éléments

Au terme d’un rallye des Açores disputé dans des conditions climatiques délicates, Jan Kopecky décroche sa première victoire sur la terre. Il devance Craig Breen. Robert Kubica bien parti après la première étape écourtée, est parti une nouvelle fois à la faute dans l’ES11.

20130427-201737.jpg

Que d’eau, que d’eau !

Au vu des conditions dantesques de jeudi, les organisateurs ont raccourci la première étape. À croire que l’anticyclone des Açores avait décidé de partir pile pour l’arrivée du rallye. Kubica part le plus fort en devançant Kopecky à l’issue des 4 ES initiales et prend les commandes de l’épreuve. On attend alors un vrai duel entre les deux pilotes pour la deuxième journée.

Kubica à la faute

ES11, alors toujours dans le coup pour la victoire, Kubica s’élance dans une spéciale brumeuse, avec une visibilité parfois réduite. Le Polonais part à la faute et endommage sérieusement sa DS3 RRC. Si il arrive à repartir, Kubica perd gros et retombe à la 8e place.

Kopecky prend la tête du rallye devant Breen. Les deux hommes sont séparés de 13″1 après cette deuxième étape. Le Tchèque a connu quelques soucis de position de conduite.

Kopecky conclut

Lors de la dernière étape aujourd’hui, Kopecky ne fait aucune erreur, et contient parfaitement Breen. Le pilote Peugeot termine 2e et Ricardo Moura place une deuxième Skoda Fabia sur le podium.

Crédit photo : ERC

Twizy Renault Sport F1 : Twizy aux hormones

Renault vient de dévoiler le Twizy Renault Sport F1. Une version 10.000 V de la citadine électrique de Renault !

20130425-144408.jpg

La technologie F1 dans une Twizy

On savait que Renault Sport allait nous dévoiler quelque chose dans le domaine de l’électrique, mais personne ne s’attendait à cela. Les ingénieurs de Renault Sport ont pris la citadine de Renault et lui ont greffé des éléments tout droit venus de la F1.
C’est ainsi que la petite puce se voit affublée d’un KERS, d’un volant type F1 avec contrôle du KERS, mais aussi d’un aileron arrière couplé à un diffuseur, d’une lame avant … Bref, un look ravageur et des caractéristiques techniques improbables. Un cocktail qui s’annonce aussi détonant du point de vue des performances.

20130425-144529.jpg

20130425-144453.jpg

En un éclair

La petite Twizy F1 possède un KERS qui n’accumule pas l’énergie cinétique au freinage, mais qui prélève de l’énergie mécanique sur le moteur, un peu comme une dynamo. Ensuite, le pilote peut activer à tout moment. Grâce à cela, la Twizy F1 développe 97 ch, soit 6 fois plus que la Twizy de base. Renault Sport annonce des performances de premier plan avec un 0 à 100 km/h abattu dans les temps d’une Megane R.S. ! Le moteur de la Twizy s’envole dans les 10.000 tours/min. Il ne manque qu’un bruit artificiel et tout serait au complet !

Pas le premier coup de Renault Sport

Le lien entre F1 et voitures de série boostées aux hormones est ancré dans les gênes de Renault. On se souvient tous du fantastique Espace F1, doté du V10 Renault F1, et qu’Alain Prost avait piloté. Aujourd’hui, Renault croit en la fée électricité et conclut ce projet Twizy F1 boosté au KERS initié en 2012 d’une bien belle manière.

20130425-144550.jpg

20130425-144604.jpg

Crédit photo : Renault

WEC : Audi lève le voile sur la R18 « long tail »

La firme aux anneaux vient de dévoiler une évolution de sa R18 e-tron quattro qui fera ses débuts sur le circuit de Spa-Francorchamps en Belgique.

20130425-135645.jpg

Principale nouveauté de cette version : une aéro arrière refaite et allongée, d’où l’appelation long tail, spécialement étudiée pour les circuits à haute vitesse comme Le Mans.

Ce proto sera engagé en mai aux 6 H de Spa avec l’équipage Gene-Di Grassi-Jarvis. Pour Audi, ce sera un test grandeur nature pour évaluer les différences de performance entre cette version Long Tail et la R18 e-tron classique.

Crédit photo : Audi