Rallye #wrc Monte-Carlo : Loeb rafle la mise

28 points, une sixième victoire en Principauté, cette première manche du WRC 2012 démontre que Sébastien Loeb n’est pas rassasié. Le pilote Citroën n’a laissé à personne le soin de dominer cette manche inaugurale. Il devance Dani Sordo et Petter Solberg, animateurs de la fin du rallye.

 

Loeb contesté, puis large leader

Et pourtant, l’octuple champion du monde semblait avoir trouvé en début de rallye, un adversaire à sa hauteur : Jari-Matti Latvala. Le Finlandais profitait d’un meilleur choix de pneus dans Burzet en milieu de première étape pour prendre près de 30 s d’avance sur Loeb. On se disait qu’enfin un nouveau duel allait naître en ce début de saison. Mais les vieux démons ont vite rattrapé Latvala, qui envoyait sa Fiesta RS WRC au trou. (ES4) :

Le super-rallye ayant disparu, le pilote Ford était contraint à l’abandon. Loeb avec un excellent choix de pneus sur le deuxième tour de la journée, concluait la première étape avec 1’05 d’avance sur Solberg.

 

Gestion de l’avance

Avec une telle avance, et grâce aux conditions relativement clémentes, Loeb abordait les trois dernières étapes confiant.  Le passage dans St-Bonnet restait sec, ce qui laissait l’autre Seb, Ogier, loin derrière les WRC. Le manque de chevaux de sa Fabia S2000 ne lui permet pas de lutter avec les écuries officielles lorsque les conditions sont clémentes comme lors de ce Monte-Carl’.

Ogier sera d’ailleurs le héros malheureux de la fin de 2e étape. Dans l’ES10, sur une portion ultra-rapide (en 6e), la Skoda décollait légèrement sur une corde et l’équipage Ogier-Ingrassia s’offrait le plus gros crash de ce MC :

Loeb terminait en tête de la 2e étape devant Sordo qui a repris la 2e place à Solberg. Cette lutte va animer la fin du rallye.

 

Le retour du gel

Les conditions piégeuses revenaient lors de la troisième étape dans la fameuse spéciale du Cimetière de Vassieux. L’an dernier, Delecour et Bouffier avaient fait basculer le rallye dans ce secteur. Cette année, ni l’un ni l’autre n’ont réitéré leur exploit, mais Petter Solberg a perdu toute chance dans l’ES12 avec 1’42″s de perdues sur Loeb et 1’10″s sur Sordo. Le podium s’est joué dans cette spéciale, très clairement.

 

Le mythe Turini

Ce seul mot suffit à désigner le Monte-Carlo. Sur plus de 25km, les spectateurs se massent pour voir les pilotes évoluer sur l’une des routes les plus célèbres du WRC. Cette année en revanche pas de neige. Les conditions sont sèches, ce qui enlève un peu de magie ! Au niveau de la course, rien de particulier à signaler. Si Petter Solberg enchaîne les bons temps, il ne pourra pas revenir sur Sordo pour la 2e place.

 

Delecour, un grand monsieur

Il a marqué l’histoire du Monte-Carl’; Tous les fans se souviennent de l’arrivée de l’édition 1991, où François perd le rallye avec sa Ford dans la dernière ES et craque au dernier point stop, avant d’être réconforté par Bruno Saby. Il gagnera tout de même en 1994, et manquera en 95 et 96 de réitérer une victoire en Principauté. Cette année, Delecour était engagé sur une Ford Fiesta RS WRC. Quelques bons temps sont à mettre à son actif, mais il n’a pu briller comme l’an passé. Il cédera même le volant à son copilote Savignoni dans la Power Stage de dimanche, ce dernier effectuant son dernier rallye. Chapeau Monsieur Delecour !

Sébastien Loeb en remportant la Power Stage empoche les 3 points bonus et gagne ce Monte-Carlo en marquant au final 28 points. Sordo est 2e, Solberg 3e et Hirvonen 4e pour son 1er rallye sur la DS3.

Classement général : http://www.autohebdo.fr/resultats.php?u=26&d=1&id=3597&idChamp=145&ychp=2012&idEpr=1042

Publicités