Monaco #f1 : Vettel reste le maître

Sebastian Vettel remporte le GP de Monaco après une course ultra-disputée. Alonso et Button complètent le podium. La bataille finale à trois a été interrompue par un crash entre Petrov, Alguersuari, Sutil et Hamilton. Ce dernier reste le perdant du week-end après sa pénalité durant les qualifs, puis deux autres pénalités pour collision avec Massa, puis Maldonado.

Alonso prend un bon envol

Comme en Espagne, Fernando Alonso a pris un excellent départ. Il passe Webber et se retrouve 3e derrière Vettel et Button. Les Mercedes se sont complètement loupé. M.Schumacher sort 10 du premier tour et Rosberg perd deux places au départ se retrouvant 7e.
La lutte devant s’est beaucoup jouée dans les stands. Button profite d’un mauvais arrêt de Vettel pour prendre la tête de la course. Mais le pilote McLaren a chaussé des super-soft ! Il devait donc s’arrêter encore pour passer la monte dure. Vettel repassait en tête suivi d’Alonso.
La course va donc se calmer quelque peu jusqu’au dernier relais de Button. Vettel prenait alors le pari de ne pas s’arrêter pour repasser un train de pneus neufs. Alonso et surtout Jenson Button revenaient alors comme des obus sur le champion du monde en titre grâce à leurs enveloppes plus fraîches. Mais à 5 tours du but, alors que la bataille faisait de plus en plus rage, le carambolage à la Pisicne entre Petrov, Alguersuari et Hamilton stoppait net les espoirs des poursuivants de Vettel. Le pilote Red Bull réussissait à contenir les derniers assauts de la Ferrari et de la McLaren après le restart pour empocher une victoire de prestige et accentuer encore une peu plus son avance au championnat pilotes.

Massa laisse des plumes

Décidément les temps sont durs pour Felipe Massa. Après son abandon en Espagne, le pilote brésilien est sorti de la piste à Monaco. En bagarre avec Hamilton, Massa a tout d’abord résisté à l’Anglais dans l’épingle du Loews, avant de céder dans le tunnel? Là, il partait hors trajectoire et tapait les barrières avant d’immobiliser sa Ferrari à la chicane du Port. Une mésaventure qui coûte des points précieux à la Scuderia.
Encore une fois, la stratégie aura joué une part prépondérante dans l’issue de la course. Button en adoptant une stratégie différente des autres (3 arrêts) aurait pu sans le chaos final sans doute inquiéter un peu plus Vettel et Alonso qui ont été plus conservateur dans leur stratégie. Webber quant à lui n’a pas pu bénéficier d’une piste claire, en raison tout d’abord de son mauvais départ, puis de ses retours en piste dans le trafic après ses arrêts.

Mercedes n’aura pas concrétisé les espoirs entrevus lors des essais libres. Encore une fois, le rythme en course des Flèches d’Argent ne fut pas très bon, et un problème de graining sur les pneus est apparu très vite chez Rosberg et Schumacher. Schumi qui voyait une partie de sa Mercedes prendre feu et le contraindre à l’abandon. Une réaction est attendue.

Hamilton trop agressif, le peloton en ébullition

Pénalisé en qualifications, auteur d’un départ correct, mais englué dans le trafic, Hamilton n’a pas connu une journée de tout repos. Il parvenait au tiers de la course à revenir sur les talons de Massa. Plus tard, il attaquait le Brésilien au Loews de façon trop agressive pour les commissaires. Massa sortait quelques mètres plus loin dans le tunnel et Hamilton se voyait pénalisé d’un drive through.
Par la suite, impliqué passivement dans le crash de la Piscine, puis dans activement dans l’accrochage avec Maldonado, très bon jusqu’alors sur sa Williams. Hamilton était pénalisé de 20s sur son temps final, mais conservait sa 6e place derrière Kobayashi, excellent 5e sur sa Sauber et auteur d’une course intelligente.
La course aura été animée dans le milieu de peloton par les Sauber, la Force India de Sutil avant son abandon sur sortie, les Williams et les LRGP de Petrov et Heidfeld. LRGP qui après l’évacuation en ambulance de Petrov suite au crash de la Piscine, donnait des nouvelles rassurantes. (douleurs aux jambes sans fractures).

A noter que Hamilton s’est emporté en interview après la course, en protestant contre les pénalités qui lui avaient été infligées.

Classement GP Monaco

S'abonner à Fanauto1 sur Twitter

Monaco #f1 Qualifs : La 20e pole de Vettel gâchée par l’accident de Perez

La séance de qualifications du GP de Monaco a été marquée par la très grosse sortie de route de Sergio Perez sur sa Sauber à la sortie du tunnel. Sorti trop large du tunnel, Perez a perdu l’arrière au moment du freinage et est allé s’encastrer dans les protections, là-même où Hakkinen était sorti violemment il y a quelques années. Le pilote serait conscient et parlerait selon la FIA et l’écurie Sauber.
La séance a été interrompue pendant une grosse demie-heure, le temps que les commissaires de piste remettent en état les protections qui ont sans doute évité à Sergio Perez une issue fatale. On ne connait pas encore l’état de santé précis du pilote Sauber.

Revenons à la course. Vettel signe sa 20e pole en F1. Il devance Button, Webber, Alonso et M.Schumacher bon 5e. Le grand perdant reste Lewis Hamilton seulement 7e.

Les Ferrari n’ont pas pu confirmer leurs très bons essais libres. Mais attention à leur rythme en course.
Red Bull reste au dessus du lot, mais Button pourrait bien causer des soucis à Vettel et Webber demain. L’Anglais est connu pour être très économe en pneus. Utile avec les nouveaux super-soft de Pirelli !
La déception vient de Rosberg et des Lotus-Renault GP. Rosberg est seulement 8e et les LRGP n’ont pas franchi Q2

Demain le live-tweet de la course et le résumé juste après. Dans la journée j’espère des news de Perez

Classement Qualifications Monaco

S'abonner à Fanauto1 sur Twitter

Monaco #f1 Essais libres 2 : Ferrari rassure

Les Ferrari sont donc en forme sur le tracé si particulier de Monaco. Fernando Alonso signe le meilleur temps de P2 en 1.15.123. Il devance Lewis Hamilton et Nico Rosberg. Les pilotes Red Bull sont un peu plus en retrait.

Les pilotes testent les super-soft

Durant ces P2, les pilotes ont testé l’endurance des pneus super-soft, la grande nouveauté de ce week-end de F1. On a ainsi vu Massa aller très loin dans l’utilisation de ses pneus, presque à la limite de la grosse faute. D’une manière générale, la fourchette d’utilisation de ces enveloppes peut être estimée entre 20 et 25 tours sans perdre trop de leur qualité. Le temps très estival de ces P2 devrait se retrouver lors de la course de dimanche (les prévisions de pluie sont caduques désormais), et donc les pilotes en ont profité pour régler au mieux leur machine.
A ce petit jeu, les Ferrari ont donc retrouvé une santé certaine avec Alonso et Massa, qui se classent 1er et 5e. Malgré un quasi-accrochage à la Piscine entre les deux compères de la Scuderia (Massa était dans un tour lent, Alonso dans un rapide), la séance confirme déjà ce que l’on avait pu voir en P1. A confirmer en P3, et surtout en qualifs, la grande faiblesse de la Scuderia cette année. lorsque l’on sait que la pole est d’une importance capitale sur ce circuit, on comprend mieux pourquoi il faut absolument que et Alonso et Massa soignent leur qualification pour ne pas être gêné en course par le trafic, et donc confirmer le beau potentiel entrevu pendant P1 et P2.
Si les pilotes Ferrari semblent relativement à l’aise, que ce soit sur de longs runs, ou de très courts, en tendres ou en durs (Alonso a fait le meilleur temps de P2 avant que le peloton ne passe en super-soft : 1.16.408), ils ne sont pas les seuls. Hamilton 2e et Button 4e, montrent que les places « moyennes » de McLaren en P1 ne reflétaient pas le niveau des voitures anglaises. Personnellement, je ferai très attention à Jenson Button. Le champion du monde 2009, le plus économe des pilotes de tête avec les pneus, pourrait bien jouer un joli coup dimanche.
Rosberg se classe 3e sur une Mercedes en constant progrès et qui tient bien en super-soft (20 tours lors de son dernier run pour Rosberg). Mais la question qui subsiste est : où sont les Red Bull ?

Red Bull en difficulté ?

Si il est bien une écurie et des pilotes à ne pas enterrer trop vite c’est bien Red Bull. Certes Vettel n’est que 5e et Webber 8e, mais ils ont été parmi ceux qui ont le mieux tenu en pneus super-soft. En plus, Webber a encore une fois connu des soucis de KERS. Une vraie faiblesse de cette fantastique monoplace. Un handicap pour les qualifs et la course ? Possible, mais rien ne permet de l’affirmer, car le circuit de Monaco ne possède pas beaucoup de zones où le KERS peut être pleinement utilisé, hormis la ligne droite des stands et le tunnel.
Après ses mésaventures du matin, M.Schumacher prend la 7e place juste devant Webber et Sutil qui confirme ses qualités sur ce circuit de Monaco. Heidfeld complète le top 10 sur sa Lotus-Renault.
Moins de sorties que ce matin sont à déplorer. Petrov a touché les barrières, mais sans gros dommages. Liuzzi, autre malchanceux de P1, lui n’a pas pris part à la séance, les mécaniciens n’ayant pas pu réparer à temps la HRT de l’Italien : un problème hydraulique a été découvert pendant les réparations et a ralenti les mécaniciens dans leur travail.

Classement P2 Monaco

Samedi, les résultats de P3 sur Twitter et le résumé des qualifs sera disponible sur le blog, via @fanauto1 bien entendu.

S'abonner à Fanauto1 sur Twitter

Monaco #f1 : Essais libres 1 : Vettel coiffe Alonso

Vettel au finish

La première séance d’essais libres de ce GP de Monaco 2011 s’est déroulée sous un soleil radieux. Et dire que l’on attend la pluie dimanche pour la course !! Sebastian Vettel s’adjuge le meilleur temps sous le drapeau à damier. Mais l’information est que derrière lui, les poursuivants ne sont pas ceux que l’on attendait.
Premier enseignement à tirer de ces P1 : Ferrari semble être en forme. Après la déception de Barcelone, et même si ce ne sont que les libres, les prestations de Fernando Alonso (2e à 0.113) et Felipe Massa (4e à 0.697) doivent être encourageantes pour la Scuderia. Un Fernando Alonso qui inaugurait par ailleurs un tout nouveau casque.
Ferrari qui colle aux basques de Vettel et Mercedes qui continue à démontrer de belles choses en essais. Le 3e temps de Nico Rosberg est révélateur du potentiel de la machine en essais seulement. Lors des précédents GP, le rythme en course des Flèches d’Argent n’a jamais pu permettre à Rosberg de jouer le podium. Qu’en sera-t-il à Monaco ?

McLaren en embuscade, Schumi dans les barrières

McLaren reste dans le sillage des premières places. Hamilton et Button réalisent un tir groupé pour l’écurie de Woking, avec les 5e et 6e places. Mais on connait tous les grandes capacités de Lewis Hamilton et le pilotage tout en douceur de Jenson Button pourrait lui être profitable dimanche lorsque il faudra préserver les nouveaux pneus super-tendres emmenés par Pirelli pour ce GP de Monaco.
Enfin Pastor Maldonado, qui avec le 7e temps, place Williams dans le top 10. L’écurie cherche désespérément un bon résultat. Cependant, il y a un écart de temps important entre Button 6e et Maldonado 7e : près d’une seconde. A noter la bonne perf’ de Sutil sur sa Force-India 8e temps. Un circuit que l’Allemand apprécie tout particulièrement. Une occasion de remettre l’écurie sur le devant la scène ?

Deux déceptions dans ces P1 : Lotus-Renault et M.Schumacher. Les pilotes Lotus (Petrov 9e et Heidfeld 11e) ont été un peu plus en retrait que lors des autres GP. Sessions d’essais sur des nouveautés, ou roulage en condition course ? On verra l’évolution des temps des Lotus-Renault en P2 et P3.
M.Schumacher. Un nom qui évoque bien des succès en Principauté. Le Baron Rouge a longtemps été le roi de Monaco (5 victoires en 8 ans entre 1994 et 2001). Lors de ces P1, le pilote Mercedes est sorti dans le virage 1 de Ste Dévote. Une erreur inhabituelle du septuple champion du monde qui signe un 10e temps moyen. Le seul autre pilote à être sorti dans ces P1 est Liuzzi.
Pour finir une anecdote, qui espérons le, le restera, la séance a été interrompue lorsque une flaque d’eau est apparue sur la ligne droite des stands au niveau de la ligne d’arrivée. Une rupture de canalisation semble en être à l’origine. Espérons que cela ne se reproduise pas une nouvelle fois. Après l’incendie d’un camion qui a obligé les organisateurs à resurfacer le virage 1 de Ste Dévote, les péripéties s’accumulent pour l’organisation !

Classement P1 Monaco

Dans l’après-midi, le résumé de P2.

S'abonner à Fanauto1 sur Twitter

GP #f1 d’Espagne : Vettel aux forceps

Sebastian Vettel remporte sa 4e course en 5 GP cette saison. Le champion du monde en titre devance les deux McLaren de Lewis Hamilton,, superbe de combattivité et qui aura fait douter Vettel jusqu’au bout, et Jenson Button. Webber termine 4e devant Alonso.

Alonso enflamme la course

Le meilleur départ est pour Alonso. 4e sur la grille, le pilote Ferrari se paye le luxe de de dépasser Hamilton, Vettel et Webber au premier virage. Une superbe manoeuvre de l’Espagnol, plein de sang-froid face aux Red Bull.
Deux perdants dans ce premier virage et ce premier tour : Mark Webber, dépassé et par Alonso et par Vettel, et Jenson Button qui s’est complètement manqué.
Dès les premiers tours, quatre pilotes vont se détacher : Alonso, Vettel, Webber et Hamilton. On se dit que Fernando Alonso ne va pas tenir le rythme très longtemps, et pourtant, jusqu’à la première salve de ravitaillements, le pilote Ferrari va tenir tête aux Red Bull.

Vettel et Button vainqueur aux stands

C’est aux stands que Sebastian Vettel va se débarrasser de Fernando Alonso. Le pilote allemand va anticiper ses deux premiers arrêts pour passer la Ferrari et se détacher quelque peu. Si Alonso résistera bien à Hamilton et Webber durant les relais en pneus tendres, le passage aux montes dures va lui être fatal. Une gestion des pneus difficiles tout au long du week-end pour la Scuderia, qui lui aura coûté cher au final.
La gestion des pneus, un domaine où Jenson Button excelle. Si en Turquie, la stratégie décalée de l’Anglais lui avait coûté un bon résultat, cette fois, la recette a marché. Après son mauvais départ, Button 6e décidait de modifier sa stratégie pour passer à 3 arrêts. Bonne pioche, puisque lorsque ses adversaires étaient en pneus durs après leur 3e arrêt, Button en tendres remontait comme un avion pour passer 3e. Il conservera son bien jusqu’à l’arrivée.
Devant Hamilton et Vettel se déchirent la première place. Mais jamais le pilote McLaren ne pourra dépasser la Red Bull. Même lors du dernier relai où Vettel a connu quelques soucis de KERS (un mal récurrent chez Red Bull), Hamilton ne sera jamais assez proche pour tenter une attaque. Pourtant l’Anglais aura maintenu la pression jusqu’au bout, restant à moins d’une seconde du champion de monde en titre. On espérait un final à la Shanghai, et un dépassement dans les deux ou trois derniers tours. Cette fois, les Red Bull ont conservé la petite marge suffisante sur leurs adversaires, mais elles peuvent être embêtées par la technique. Mark Webber a aussi eu un problème de KERS, ce qui lui a sans doute coûté la 3e place face à Jenson Button.

Ferrari pourtant en vue grâce à Alonso aura souffert après les premiers changements de pneus. La faute à un rythme mauvais en pneus durs, et sans doute à l’aileron arrière déclaré non-conforme avant les essais, qui aura contraint la Scuderia a revenir au modèle utilisé à Istanbul. Alonso sauve les apparences avec une 5e place, à plus d’un tour de Vettel. Massa, jamais dans le rythme à Barcelone, ne terminera même pas la course, finissant piteusement dans le gravier catalan.

Mercedes en manque de rythme, Heidfeld anime le peloton

Mercedes GP manque clairement de rythme en course. Ni Rosberg, ni Schumi n’ont pu se mêler à la lutte pour le podium. Encore un effort pour confirmer les bonnes dispositions que l’on voit lors des essais libres.
Parti dernier, Nick Heidfeld a animé la course en milieu de peloton avec la Williams de Maldonado enfin en vue, Perez, Kobayashi et Petrov. Une belle lutte remportée par Heidfeld qui aura profité d’une stratégie savamment préparée par son stand. 8e au final, il assure quelques points pour Lotus-Renault GP

La bonne surprise de ce week-end malgré leur classement habituel reste Team Lotus. Trulli et Kovalainen avant sa sortie de piste ont montré quelques bonnes choses, notamment en début de course, où Trulli s’est longtemps classé 12e. Une hausse de performances qui, espérons le, ne soit pas avortée par les futures décisions de la FIA, en ce qui concerne les diffuseurs soufflés, utilisés pour la première fois en Espagne par l’écurie de Tony Fernandes.

Une course animée, peut-être la plus belle de la saison, qui voit Vettel encore une fois sur la plus haute marche du podium. Au général, il possède 41 points d’avance sur Lewis Hamilton. Presque deux victoires d’avance. Mais l’écart se resserre à chaque fois entre les Red Bull et les McLaren notamment. Ferrari a espéré, avec le départ canon de Alonso, mais le passage en durs a annihilé le bon coup de l’Espagnol.
On espère un nouveau sursaut des opposants à l’empire Red Bull la semaine prochaine à Monaco, pour le sommet de la saison, sommet glamour et princier.

Classement GP d’Espagne

S'abonner à Fanauto1 sur Twitter

Qualifs #f1 Espagne : Webber sort les crocs

Tout le monde attendait une nouvelle fois Sebastian Vettel en pole position, mais son coéquipier de Red Bull Mark Webber lui a soufflé la première place. Hamilton et Alonso limitent la casse en partant de la deuxième ligne.

Pas de SREC pour Vettel

Vettel aurait pu prétendre à la pole. Mais le pilote allemand n’a pu utiliser son SREC. Encore un problème pour Red Bull au niveau de son récupérateur d’énergie cinétique ? L’écurie ne s’est pas étendue sur le sujet, et a même hésité à relancer Vettel après le premier run de Q3 pour qu’il puisse essayer de déloger Webber de la pole position. Mais Vettel n’est abstenu voulant préserver ses gommes pour demain.
Les gommes qui devraient jouer un rôle prépondérant durant la course. Des critiques ont d’ailleurs été émises quant à la qualité des nouveaux pneus emmenés par Pirelli, on a pu voir que beaucoup de pilotes ont économisés leurs enveloppes pour la course.

Alonso content, Mercedes économe

Si une 4e place sur la grille, juste derrière Hamilton, ne devrait en temps normal pas réjouir Fernando Alonso, celle obtenue cet après-midi à valeur de très bon résultat. Problème d’adhérence, problème moteur, le week-end n’a pas été rose pour le double champion du monde espagnol. Il se satisfait donc de cette place sur la grille. Il est devancé par Hamilton, comme souvent le meilleur des autres derrière Red Bull. Par contre son coéquipier Jenson Button a été un peu décevant, 5e seulement. Il devance Vitaly Petrov, bon 6e sur sa Lotus-Renault.
Rosberg 8e, M.Schumacher 10e, les résultats de Mercedes GP paraissent moyens, voire mauvais, mais les deux pilotes des Flèches d’Argent ont gardé en réserve leurs pneus tendres. Une composante qui pourrait avoir son importance pour la course de demain.

Massa, Barrichello et Heidfeld déçoivent, Maldonado et Trulli rassurent

Massa 9e, Heidfeld n’a pas pu prendre part aux qualifs du fait d’un début d’incendie durant L3 ayant entraîné le changement de boîte et de moteur, et Barrichello 19, les déceptions s’accumulent en Espagne.
Par contre, et Maldonado 10e et Kovalainen 15e constitutent de bonnes surprises. Maldonado démontre le potentiel de Williams, après un début de saison très difficile, et Kovalainen bénéficie des progrès de Lotus. A démontrer demain en course.

Classement Qualifs Espagne

Demain, live-tweet du GP d’Espagne dès 14h (heure de Paris), et le résumé dans la foulée sur le blog et via @Fanauto1.

S'abonner à Fanauto1 sur Twitter

#f1 Espagne Libres 1 et 2 : Red Bull confirme

Red Bull annonce la couleur

Avec la domination sans partage de Red Bull et Sebastian Vettel lors du dernier GP en Turquie, on s’attendait logiquement à une réaction des top teams, en particulier de Ferrari. Sur un circuit connu de tous, les évolutions ont fleuri sur les monoplaces.
Il faut toutefois souligner que la FIA a annoncé son intention de limiter l’efficacité des diffuseurs soufflés, limitation qui ne devrait entrer en vigueur que plus tard dans la saison, dès Valence vraisemblablement. Les évolutions vues ici à Barcelone pourraient en pâtir

Lors de la première séance d’essais libres de ce matin, Red Bull a mis tout le monde d’accord. Ou plutôt Mark Webber a mis tout le monde d’accord. Une seconde pleine d’avance sur son coéquipier champion du monde, et le reste de la meute emmenée par Rosberg et Alonso à plus d’1s et 2 dixièmes.
Une vraie valise en quelque sorte, avec encore une fois le fait que ce ne sont que les essais libres. Or cette saison, lorsque Red Bull a devancé aussi largement ses rivaux lors des sessions libres, les qualifs et la course ont été du même acabit.

Alonso, meilleur représentant du reste du paddock lors de la dernière course, s’est classé 4e de L1, juste derrière un toujours solide Rosberg. Ferrari et Mercedes confirment encore une fois leur progrès, mais restent dans un monde différent de celui de Red Bull. De plus, Alonso, ainsi que Massa (16e de L1) se sont plaints d’un manque de grip sur leur Ferrari.
Côté McLaren, Hamilton et Button (6e et 9e) ont tourné pour régler au mieux leur monoplace sans forcément chercher à « claquer un chrono ». On sait que Hamilton dans l’exercice de la qualification se montre souvent à son aise.
Lotus-Renault a effectué un travail spécifique sur les pneus durs, ce qui explique en partie les chronos moyens de Petrov et Heidfeld. La séance de cet après-midi devrait leur permettre de remonter dans la hiérarchie avec l’utilisation des pneus tendres

Mais pourquoi sont-ils aussi forts ?

Une deuxième séance d’essais libres où l’on a encore pu assister à la domination de Red Bull. Traditionnellement en L2, les écuries se concentrent sur des runs plutôt longs, pour simuler les conditions de course. L2 peut donc donner une première indication sur la course de dimanche.
Lors des essais hivernaux, les pilotes au Taureau Rouge tournaient régulièrement en 1.22 sur le tracé catalan. Et ils étaient aux avant-postes. Plus ou moins même chrono et même résultat pour ces L2, Red Bull est encore devant avec Webber 1er en 1.22.470. Vettel est 3e.
McLaren a défini en grande partie son set-up dans cette séance. Hamilton et Button ont enchaîné les longs runs, en durs et en tendres. Si Hamilton réalise le 2e temps à 0.039s de Webber, Button est plus en retrait en 4e place. Ferrari et McLaren ont montré toutefois que leur rythme en « condition course » se rapproche vraiment de celui des Red Bull.
Si Massa a connu des soucis d’équilibre avec beaucoup de sous-virage dans les virages 3 et 9 et quelques passages hors-piste, Alonso, souvent gêné dans cette séance, n’a pas fait de temps exceptionnel mais s’est employé à faire des tests pour la course, notamment en pneus tendres. 5e au final, l’Espagnol devra réussir une bonne qualif pour profiter du bon rythme en course des Ferrari que l’on encore entrevu lors de ces L2. Il faut cependant faire attention car on ne connait pas exactement les quantités d’essence embarquées. Autre composante à prendre en compte, Vettel a beaucoup tourné avec des pneus durs lors des ses runs « course ». Alors que ses concurrents étaient en tendres ! Red Bull a donc encore une marge certaine.

Chez Mercedes, la performance est bien présente (cf. L1), mais en configuration course, les Flèches d’Argent ont montré leurs limites lors du dernier GP. Le 6e temps de Rosberg et le 7e de Schumacher lors de ces L2 montre que Mercedes n’est pas très loin des 3 top teams mais qu’il manque un peu de constance en rythme course. Même analyse pour Lotus-Renault, performantes sur un tour, mais légèrement en retrait en course.
Ci-dessous, retrouvez le lien vers les classements des deux séances d’aujourd’hui. Demain, résultat de L3 sur Twitter, résumé des qualifs sur le blog. Dimanche, le live-tweet de la course sera de retour, et le résumé suivra dans la foulée sur le blog.

Classement L1 Espagne

Classement L2 Espagne

S'abonner à Fanauto1 sur Twitter