F1 : Gutiérrez confirmé chez Sauber

Après l’arrivée d’Adrian Sutil dans l’écurie helvétique, on attendait de connaitre le nom de son équipier pour 2014. Sans grande surprise, Esteban Gutiérrez a été confirmé et entamera sa deuxième saison en tant que titulaire.

20131221-094114.jpg

C’est notamment grâce à l’appui renouvelé de la société de télécommunication de Carlos Slim Telmex, qui soutient également l’autre pilote mexicain Sergio Pérez, que Gutiérrez a pu poursuivre avec Sauber. « Je suis très heureux de poursuivre avec ma carrière en tant que pilote Sauber. »a déclaré le Mexicain. « Le challenge technique sera important en 2014, et il sera encore plus important de bien connaitre les gens avec qui vous travaillez. Ce sera ma quatrième année dans le team, ma seconde en tant que titulaire. La saison passé, j’ai constamment progressé grâce au travail avec l’écurie. En 2014, je vais tout faire pour m’améliorer et aider Sauver du mieux possible. »

Pour Monisha Kaltenborn, Team Principal de l’écurie basée à Hinwil, Gutiérrez ne pourra que faire mieux la saison prochaine. « La saison dernière, il a appris comment il peut être difficile pour un débutant d’arriver en Formule 1. Néanmoins, tout au long de la saison, il s’est amélioré de manière significative dans en qualifications et en course et a terminé la saison comme meilleur rookie au championnat Pilotes. Souvent, les résultats ne reflètent pas pleinement les performances. Je suis convaincu Esteban sera en mesure d’utiliser son expérience pour obtenir des résultats et il sera bien aidé par le fait qu’il connaît très bien chaque membre de l’équipe. » ajoute Kaltenborn.

Serguey Sirotkin, annoncé comme titulaire 2014 dés la prise de contrôle de l’équipe par les Russes en milieu d’année, sera finalement pilote de réserve.

Gutiérrez fera équipe avec Adrian Sutil, déjà confirmé la semaine passée. Il ne reste plus à connaitre que les pilotes titulaires chez Caterham, où Kamui Kobayashi pourrait faire son retour, associé à Van der Garde ou Marcus Ericsson. Charles Pic voit son avenir s’assombrir chez les Verts. Chez Marussia, Bianchi attend toujours de savoir avec il roulera en 2014. Max Chilton tient toujours la corde pour une deuxième saison avec l’équipe russe.

Crédit photo : Sauber

F1 : Sutil chez Sauber

Les officialisations se succèdent en F1. Après Pérez hier, c’est au tour de l’ancien pilote Force India Adrian Sutil d’être transféré chez Sauber.

20131213-161807.jpg

Comme Sergio Pérez était favori pour épauler Nico Hülkenberg chez Force India, l’Allemand Sutil tenait la corde pour un baquet chez Sauber. Le principal intéressé a avoué que cela faisait un moment que je savais où j’allais partir, mais les négociations ont été plus longues que prévu. Après six années chez Force India, il était temps de relever un nouveau défi et Sauber possède une histoire et une structure impressionnante dont une excellente soufflerie.

Reste à savoir qui sera dans la deuxième monoplace helvétique en 2014. Esteban Gutiérrez a les faveurs des pronostics, surtout qu’il a derrière lui Telmex, un des sponsors majeurs de l’écurie.

F1 : Sauber sous pavillon russe

En difficulté depuis plusieurs semaines au point d’avoir du retard dans le paiement de Nico Hülkenberg, Sauber vient de trouver la manne financière qui lui manquait. C’est avec des fonds d’investissements russes que l’écurie suisse va poursuivre son aventure.

20130715-123331.jpg

La Russie se place

Vous le savez, la Russie accueillera le F1 Circus sur le nouveau tracé de Sotchi. Pour mieux promouvoir ce sport très marginal dans la Mère Patrie, des fonds d’investissements viennent de voler au secours d’une écurie Sauber en manque de moyens. Ces trois fonds, Investment Corporation International Fund, State Fund of Development of Northwest Russian Federation et International Institute of Aviation Technologies, devraient amener 130M d’euro, de quoi assurer l’avenir à court terme de l’écurie. d’autres rumeurs avaient annoncé un rachat par Nicolas Prost notamment, mais toutes ont été balayées ce matin.

Un pilote russe en approche ?

L’argent frais venu de Russie ne sera pas certaines compensations. L’arrivée d’un tout jeune pilote, Serguey Sirotkin qui évolue en FR 3.5, est déjà annoncée. À 17 ans, la perspective de rouler en F1 doit être fabuleuse, mais quid de l’expérience. A voir dans quelques mois.

Crédit photo : FR 3.5

Présentation Sauber C32

L’écurie helvétique Sauber vient de dévoiler sa monoplace 2013, la C32.

20130202-123437.jpg

Petites retouches

Comme la plupart des écuries, Sauber n’adopte plus le nez cassé. Lotus est donc pour le moment la seule à conserver cette aéro. Pour le reste, la C32 reste assez proche de la C31. Les principales différences visibles se situent au niveau des pontons redessinés, proches de ceux vus chez Ferrari ou McLaren. On notera également une nouvelle livrée, où le gris fait une apparition remarquée.

Un duo à surveiller

Nico Hülkenberg et Esteban Gutierrez seront les pilotes 2013. Si l’Allemand est connu, le jeune Mexicain débarque auréolé de son titre en GP3 2010, et d’une année de troisième pilote déjà chez Sauber l’an passé.

20130202-123426.jpg

20130202-123432.jpg

Crédit photo : Sauber

Présentation F1 2013 2/3 : bagarre en milieu de grille

Deuxième partie de notre présentation de la grille F1 2013. Après les écuries qui devraient se battre en haut de la grille, voici les équipes désireuses de rejoindre le peloton de tête, et qui se battront pour les points en 2013.

Williams vers le sommet ?

2012 a été une saison à deux visages pour Williams. Le retour du moteur Renault a bien entendu été une source d’amélioration des résultats. L’écurie de Grove a même remporté une victoire au GP d’Espagne grâce à Pastor Maldonado. Mais d’un autre côté, les voitures de Sir Frank ont été très irrégulières, notamment du fait de son manque de performances dans les portions lentes des circuits. La chute s’est confirmée durant la dernière partie de la saison sur des circuits très exigeants pour les monoplaces. La FW35 de 2013 devrait donc gommer les petits manques de Williams pour permettre à cette écurie historique de la F1 de retrouver son niveau d’il y a presque 10 ans.
Côté pilotes, Pastor Maldonado aura marqué de sa griffe le début de saison. Victoire à Barcelone, podium manqué à Valence ou en Malaisie, gros raté à Monaco … Irrégulier comme sa monoplace ! Mais Maldonado est un pilote extrêmement rapide, qui a prouvé qu’il pouvait jouer les premiers rôles.
La grosse nouveauté pour Williams en 2013 sera l’arrivée aux côtés de Maldonado de Valtteri Bottas. Le Finlandais a démontré de vraies qualités de vitesse lors des sessions du vendredi auxquelles il a participé en 2012. Il remplace un Bruno Senna, constant en début de saison mais qui s’est effacé au fur et à mesure de l’année. Le duo pourrait amener de belles choses !

Renouvellement chez Sauber

Changement de line-up chez l’équipe helvétique. Exit Perez, parti chez McLaren, et exit Kamui Kobayashi, moins en vue en 2012 qu’en 2011. Bienvenue à Esteban Gutierrez, soutenu, et même très bien soutenu par Telmex, et à Nico Hülkenberg transféré de chez Force India.
Les qualités de l’Allemand ne sont plus à prouver, on attend de voir ce que va produire Gutierrez au volant d’une C32 toujours motorisée par le V8 Ferrari, et qui sera l’héritière d’une C31 innovante (pontons).

ToroRosso dans la continuité

Chez la petite soeur de RedBull, la continuité est de mise. Même duo de pilotes (Vergne et Ricciardo) qui a été solide pour sa première année en F1. Les deux jeunots ont marqué de nombreux points à chaque fois que cela était possible, surtout en fin de saison. Mais les performances de STR ont été un peu en dessous des attentes. À voir si la version 8 sera meilleure que sa devancière ou Vergne et Ricciardo devront encore grappiller les miettes de points.

Force India un peu dans le flou

L’une des bonnes surprises de 2012. Avec Hulkenberg et DiResta souvent bien placés en qualifications et qui ont concrétisé à de nombreuses reprises avec des belles places d’honneur (4e pour Hulkenberg en Belgique, 4e pour DiResta à Singapour). La prochaine étape en 2013 sera le podium. Mais avec un nouveau pilote.
Si DiResta est resté, on ne connait pas encore le remplaçant de Hulkenberg. Entre Jules Bianchi, Adrian Sutil, ou pourquoi pas Bruno Senna, les paris sont ouverts. Le Français semble bien placé, soutenu par Ferrari.

Car en 2014, il se pourrait que Force India laisse les moteurs Mercedes actuels pour se tourner vers un V6 Turbo Ferrari. Ce qui pourrait favoriser l’arrivée de Bianchi.

Charles Pic chez Caterham et Gutierrez chez Sauber pour 2013 !

Petit billet pour annoncer l’arrivée officielle de Charles Pic chez Caterham en 2013. Les rumeurs laissaient présager ce transfert depuis quelques semaines, et l’écurie a officialisé l’arrivée du jeune Français ce matin. Pic passe donc de Marussia à Caterham, ce qui laisse une place vacante aux côtés de Timo Glock. Qui pour récupérer ce volant ? Chilton, Petrov ? Les pistes sont nombreuses !

Gutierrez chez Sauber

Autre transfert officialisé ce matin, mais dont tout le monde connaissait l’existence depuis hier, Esteban Gutierrez prend la place de Kamui Kobayashi chez Sauber pour l’an prochain. C’est Sergio Perez, futur ex-pilote Sauber, qui a vendu la mèche hier en annonçant l’arrivée de Gutierrez. Le pilote profite du soutien de Telmex, déjà sponsor de Sauber depuis l’arrivée de Perez en 2011, et rejoint Nico Hulkenberg, déjà officialisé la semaine denrière.

Cette arrivée laisse pour le moment Kobayashi sans volant. Le pilote japonais a même lancé un site web pour un appel aux dons pour trouver un volant en 2013 : Appel aux dons de Kobayashi

Nico Hulkenberg rejoint Sauber en 2013

Secret de polichinelle depuis quelques jours, le transfert de Nico Hulkenberg de Force India vers Sauber est confirmé depuis ce matin. L’écurie suisse confirme l’arrivée de l’Allemand à compter de 2013.
Hulkenberg avait un temps été en vue pour reprendre le baquet menacé de Felipe Masse chez Ferrari, mais la reconduction du Brésilien avait fermé la porte. Mais beaucoup s’accordent à dire que Hulkenberg pourrait rejoindre la Scuderia par la suite.

Reste maintenant à confirmer qui sera le coéquipier de Nico chez Sauber, Kamui Kobayashi étant clairement sur la sellette. Un pilote « payant » pourrait prendre ce baquet assez convoité au vu des perfs des C31 cette saison.

Malaisie #F1 : Victoire d’Alonso dans des conditions incroyables

Fernando Alonso remporte un GP de Malaisie incroyable, après une lutte de toute beauté avec la Sauber de Sergio Perez. Hamilton complète le podium devant Webber et Raïkkönen qui apporte de nouveaux points à Lotus.

La pluie s’invite au départ

On l’attendait depuis le début du week-end, la pluie a donc fait son apparition avant le départ de ce deuxième GP de la saison. Une invitée qui va donner lieu à un premier tour mouvementé.

A l’extinction des feux, Hamilton le poleman est resté sans problème aux commandes devant Button. Derrière, Grosjean a sauté Vettel, Webber et Schumacher pour prendre la 3e place au bout de la ligne droite des stands. Mais son bon départ va être vite annihilé par un accrochage quelques mètres plus loin avec Schumacher. Les deux hommes repartaient dans les profondeurs du classement. Grosjean et sa Lotus n’iront pas beaucoup plus loin, avec une sortie de piste, alors que la pluie commençait à redoubler.

Passage en maxi pluie et Safety-car

L’orage traditionnel de Sepang s’est soudain intensifié à l’orée du tour 4. La plupart des pilotes ont donc opté pour passer les maxi pluie. Hamilton a bien tenté de rester un tour de plus, mais tournant presque 6 s moins vite qu’en début de course, il s’est vite ravisé. Perez avec sa Sauber qui avait anticipé son arrêt (fin du 1er tour !), se retrouvait après le ballet des changements de pneus en 3e position derrière les 2 McLaren et devant Webber, Alonso et Vettel.

Le Safety-Car entrait alors en piste et au 9e tour, le drapeau rouge était déployé par la direction de course. Comme en 2009, interruption du GP pour raisons de sécurité.

2e départ après 52 min d’interruption

Dès la rentrée du safety-car, Button décide de s’arrêter pour passer les intermédiaires. Hamilton conservait la tête devant Alonso qui prenait la 2e place à Mark Webber dans le 3e virage.

Au tour suivant, quasiment toutes les voitures passent au stand pour chausser les intermédiaires et l’équipe McLaren va cafouiller l’arrêt de Hamilton, ce qui permet à Alonso et à Perez de passer devant. Une Ferrari en tête, presque impensable au vu des essais de pré-saison et de la première course en Australie.

Un pilote va perdre gros, c’est Button victime d’un accrochage dans son tour de sortie des stands avec une HRT, ce qui lui coûtait un aileron avant. Des vibrations parasites allaient ensuite gêner le leader du général avant cette course.Alonso va alors poursuivre son effort devant Perez, Hamilton, Rosberg, Vettel et Raïkkönen qui ne se prive pas de se montrer dans les rétros du champion du monde. Un Vettel qui ne semble pas en mesure d’accélérer le rythme, et devant faire face à une Lotus très en verve.

Derrière le trio Rosberg-Vettel-Raïkkönen, c’est Bruno Senna qui effectue une belle remontée en passant notamment Schumacher, Di Resta et Massa. Massa encore en grosse difficulté avec ses pneus sur ce GP, tout comme les deux Mercedes de Rosberg et Schumacher qui malgré de bonnes qualifs, ne parviennent pas à concrétiser en course. Les W03 usent trop rapidement les gommes, ruinant les espoirs de podiums des deux Allemands. A Mercedes de régler ce problème, et les Flèches d’Argent redeviendront des candidates sérieuses à la victoire.

 

La lutte Alonso-Perez

Devant, Alonso a mené grand train, avec à environ 8 s de la Ferrari un excellent Sergio Perez sur sa Sauber. Le Mexicain a bien profité de l’interruption de course, mais démontre toutes ses qualités de gestion de pneus et de vitesse de pointe, puisque il contient sans difficultés Hamilton et sa McLaren.

La piste s’assèche et Perez revient comme un avion sur Alonso. Mais personne n’ose passer les slicks, une averse étant attendue. C’est Ricciardo qui passe le premier pour enlever ses inter, suivi par tout le peloton. Alonso va reprendre un peu de marge face à Perez. Hamilton est 3e devant Vettel, Webber, Raïkkönen, Senna toujours excellent, DiResta et Vergne qui confirme le potentiel entrevu en Australie.

Mais la Ferrari n’est pas au niveau, et Perez revient au fil des tours sur Alonso, impuissant pour contenir le jeune Mexicain avec des pneus medium qui se dégrade plus rapidement que les durs de la Sauber. Mais au 50e passage, avant la ligne droite de retour, Perez faisait une petite erreur, qui laissait Alonso respirer. Vettel était lui victime d’une crevaison au 48e tour, due à un contact avec une HRT (encore) et rétrogradait hors des points.

Alonso franchit la ligne en vainqueur devant Perez, qui offre un joli cadeau pour les 20 ans de Sauber en F1. Hamilton 3e devant Webber, Raïkkönen, Senna, qui marque des points importants pour Williams, et qui a démontré ses qualités dans des conditions difficiles (c’est de famille !), DiResta, Vergne, Hulkenberg et Schumacher qui complète le top 10, après l’abandon de Maldonado.