ZapAuto 29/03

Au menu de ce dernier ZapAuto du mois de mars, retour sur la F1 en Malaisie et le raté incroyable de Lewis Hamilton qui se trompe de stand. Vous pourrez aussi revoir le duel acide entre Vettel et Webber. N’oublions pas le crash Denny Hamlin-Joey Logano en Nascar à Fontana.

Le meilleur de l’actu conso est aussi au programme avec des vidéos de Porsche, Mercedes ou Aston Martin.

GP2 Malaisie – Leimer et Coletti ouvrent le bal

En marge de la F1, le GP2 reprenait ses droits en Malaisie. Fabio Leimer a remporté la première course samedi, et Stefano Coletti s’est adjugé la course sprint ce dimanche.

_G7C6378

Leimer s’envole en C1

Parti de la 4e position, Fabio Leimer prend un superbe départ et vient menacer le poleman Coletti au premier virage. Après les ravitaillements, l’ordre est le même, mais Coletti souffre plus de la dégradation de ses pneus, et Leimer le passe à quatre tours du but. Il file décrocher la première victoire de la saison.

En C2, pour la course sprint, Stefano Coletti parti 6e, en vertu de la règle de la grille inversée, prend les commandes après un magnifique départ. Il ne sera jamais rejoint. Il devance Nasr et Evans. Leimer, le vainqueur d’hier, a connu une course difficile après avoir été touché par Calado.

Crédit photo : GP2

F1 Malaisie – Vettel au bout du suspense

EDIT : 12h03 : Sebastian Vettel présente ses excuses à Mark Webber pour ne pas avoir respecté les consignes. « Je n’ai pas ignoré la consigne exprès, j’ai cafouillé. » explique le champion du monde.

Sebastian Vettel remporte le GP de Malaisie au terme d’une course magnifique marquée par l’abandon prématuré de Fernando Alonso. Vettel devance son coéquipier Webber, mais semble avoir ignoré les consignes d’équipe. Hamilton est 3e.

Alonso perd gros

Au départ sur une piste humide, Vettel réussit un envol impeccable suivi de près par Alonso, alors que Massa se loupe un peu. Au deuxième virage, Alonso rate son freinage et vient toucher l’arrière de la RedBull de Vettel. Aileron avant endommagé pour l’Espagnol qui continue malgré tout.

Derrière, Webber a pris un excellent envol contrairement à Melbourne, et vient d’emblée mettre la pression sur la Ferrari malade de Alonso. Et au bout de la ligne droite des stands à la fin du 1er tour, alors qu’on pensait qu’Alonso s’arrêterait, l’Espagnol tire tout droit. L’aileron est passé sous la monoplace. Aucun pouvoir de direction pour Alonso qui abandonne.

A la fin du deuxième tour, Vettel mène la danse devant Webber, Hamilton est 3e, Massa est retombé à la 6e place.

Très fortes les Mercedes

Les Mercedes ont confirmé qu’il faudrait compter avec elles durant la saison. Jusqu’au 4e et dernier ravitaillement, Hamilton et Rosberg sont restés dans les échappements des deux RedBull. Bonne nouvelle pour les Flèches d’Argent.

Au premier arrêt, Webber passe les pneus durs, alors que la majorité des pilotes change les pneus intermédiaires du départ pour des pneus médiums. Stratégie payante pour Webber qui passe Vettel à la faveur de son arrêt. Derrière, Mercedes décide de retarder les arrêts de Hamilton et Rosberg. Bonne pioche également, puisque les W04 se retrouvent en embuscade dans la foulée des RedBull. Jenson Button, Romain Grosjean, Felipe Massa, Sergio Perez, Nico Hülkenberg et Kimi Räikkönen sont dans le peloton, mais assez loin des quatre voitures de tête.

Arrêts aux stands désastreux

Une course de F1 peut se gagner dans les stands, mais elle peut aussi se perdre. Demandez aux deux Force India et à Jenson Button. Lors de leurs arrêts vers la mi-course, Sutil et DiResta vont être victimes de problèmes sur l’écrou de la roue avant gauche. Beaucoup de temps perdu, et même pire avec l’abandon des deux voitures dans la foulée.
Pour Button, c’est carrément un écrou non-serré qui va faire perdre toute chance de bon résultat pour le champion du monde 2009, alors en lutte pour la 5e place avec Romain Grosjean. Autre avatar pour Vergne et Pic qui s’accrochent dans les stands, suite à une sortie de box hasardeuse chez Toro Rosso.

Enfin, et cela va rester comme l’image du week-end, Lewis Hamilton s’est trompé de box sur un arrêt. Le champion du monde 2008 a commencé à se diriger vers le box McLaren (son ancienne équipe), avant de se rendre compte de son erreur. Les mécanos McLaren en ont rigolé !

En tête, Webber conserve l’avantage, mais les Mercedes se rapprochent dangereusement. Vettel se débarrasse de Hamilton pour revenir sur son coéquipier. La dernière salve d’arrêts allait être cruciale.

Quel dépassement

Webber reste en tête devant Vettel, mais ce dernier revient comme un avion, et dans la ligne droite des stands et à la faveur du DRS, le champion du monde tente le dépassement le long du mur des stands. Ca passe fin, mais ça passe pour Vettel, à l’image de l’action Prost sur Senna à Estoril en 1988. Webber tente de défendre au mieux, mais quelques mètres plus loin, Vettel est définitivement devant.

Pour la 3e place, les deux Mercedes se battent aussi copieusement. Mais Hamilton conservera l’avantage jusqu’au bout sur Rosberg, qui a accepté la consigne de rester derrière Hamilton dans les derniers tours. Il le fera savoir à la radio à l’arrivée, avec une petite phrase : « Remember the race ». Massa passe 5e en dépassant superbement Perez dans le virage 1, puis Grosjean à 3 tours du but. Maldonado et Button abandonnent dans les cinq derniers tours.

Grosjean est 6e devant Räikkönen, déçu après son superbe début de week-end et sa pénalité après les qualifs. Hülkenberg prend les points de la 8e place devant Perez, auteur du meilleur tour en course, et Vergne termine 10e. Bianchi est 13e devant Pic 14e.

A noter une certaine tension à l’arrivée, notamment chez RedBull et Mercedes du fait des batailles internes en fin de course. Pas de joie à la radio pour Vettel. La bataille en piste n’aurait-elle pas été apprécié par l’Allemand ? Même le podium paraissait tendu.

Après la course, Mark Webber a déclaré qu’on lui avait demandé de sauvegarder sa voiture et de ne pas se battre, préservant ainsi le résultat Webber-Vettel. Chose que Vettel a ignoré selon l’Australien. L’ambiance et les discussions internes risquent d’être animées ! Vivement la Chine 🙂

BGHQmK2CIAAHdA8.jpg large

Crédit photo : F1, McLaren

F1 Malaisie – Qualifs : Vettel le plus fort sous la pluie

Edit 12h15 : Kimi Raïkkönen pénalisé de 3 places sur la grille pour avoir gêné Rosberg en qualifs.

Sebastian Vettel a décroché la pole position lors des qualifs du GP de Malaisie. Il relègue dans des conditions humides sur la fin de session, les deux Ferrari de Massa et Alonso à plus de 0″9. Chez les Frenchies, Grosjean n’a pas passé Q2 et Vergne, Pic et Bianchi se sont arrêtés en Q3.

Vergne out en Q1

Déception pour le pilote français de Toro Rosso éliminé en Q1. Vergne qui a dominé Ricciardo depuis le début de saison n’a pas pu se qualifier pour la deuxième partie des qualifs. Il est accompagné par Bottas et sa Williams, décidément peu en vue, Bianchi, Pic, Chilton et VanderGarde. On notera encore une fois le superbe chrono de Jules Bianchi avec sa Marussia, très proche de la Wiliams de Valtteri Bottas. C’est Sutil qui a signé le meilleur temps de Q1. Attention aux Force India très en verve sur le circuit de Sepang.

La pluie s’en mêle, Grosjean patauge

Elle a joué à cache-cache, mais finalement elle est venue faire un tour à Sepang. La pluie a fait son apparition en Q2, perturbant grandement la séance. Première victime, DiResta auteur d’une jolie pirouette artistique. Dès lors c’est le chambardement. Et à ce petit jeu Romain Grosjean se fait piéger et ne termine que 11e aux portes de Q3. Mauvaise appréciation météo et des pneus chez Lotus apparemment.
Autre éliminé de marque Paul DiResta alors que sa Force India jouait les premiers rôles. L’écurie a rappelé l’Anglais alors que d’autres pilotes pouvaient menacer son chrono.

Les favoris sont présents en Q3, avec notamment le retour des McLaren de Button et Perez. La lutte pour la pole s’annonçait chaude.

Vettel assomme la concurrence

Avec la piste humide, les écuries avaient un choix à faire entre intermédiaires et slicks pour les plus braves. Il n’est pas rare de voir une partie de Sepang humide et une autre sèche. Choix crucial donc. De quoi néanmoins économiser les pneus secs pour demain, et pouvoir voir venir pour la cours en terme de stratégie, tant la dégradation des pneus joue un rôle primordial cette année.

Les inter sont le choix de la plupart des pilotes, et Vettel signe un premier temps de référence, collant près de 1″3 à Rosberg. Massa se fait une énorme chaleur au virage 8 mais prend le 4e temps provisoire. Pour Räikkönen, Q3 se joue un seul vrai tour lancé. Le Finlandais va cependant commettre une petite faute.

Mais les autres gros bras n’ont pas dit leur dernier mot. Hamilton, puis Alonso signent un superbe chrono, avant que Vettel ne mette tout le monde d’accord avec presque 1″ d’avance. 38e pole pour l’Allemand qui partira devant un excellent Massa qui se qualifie mieux qu’Alonso pour la 4e fois d’affilée. Signe que Felipe est vraiment de retour.
Derrière suivent Hamilton, Webber Räikkönen, Button, Sutil et Perez. McLaren est de retour dans le top 10, mais la marche poir la pole est encore trop haute.

Rendez-vous pour la course demain à 9h.

20130323-100618.jpg

Crédit photo : Ferrari

F1 Malaisie – FP3 : Vettel en tête

C’est Sebastian Vettel qui a signé le meilleur chrono de cette dernière séance d’essais libres à Sepang.

20130323-072450.jpg

McLaren vers le réveil ?

Avec Button 7e et Perez 12e, l’écurie de Woking démontre encore ses difficultés actuelles. Mais Button est à moins de 0″5 de la meilleure marque établie par Vettel dans ces FP3. Signe que les choses s’améliorent petit à petit chez McLaren, quand en Australie, les voitures argentées évoluaient au-delà de 1″5 des meilleurs chronos.

Vettel emmène le train

Vettel signe donc le temps de référence devant Hamilton, Sutil, Webber, Räikkönen. DiResta démontre que les Force India sont décidément très rapides en signant le 6e chrono à moins de 0″3 de Suril. Suivent Button, Massa, Rosberg et Alonso.

Grosjean a été gêné dans son tour rapide et n’est que 14e. Vergne devance Ricciardo et Pic se signale en dominant Bianchi de plus de 0″7.

Départ des qualifs à 9h heure française.

Crédit photo : Ferrari

F1 Malaisie – FP1 et FP2 : Webber et Räikkönen au top

Les deux premières séances d’essais libres du GP de Malaisie ont eu lieu tôt ce matin. Lors des FP1, c’est Mark Webber qui s’est montré le plus rapide, alors qu’en FP2, c’est Räikkönen qui a signé la meilleure marque.

20130322-084158.jpg

Problème de KERS pour Räikkönen en FP1

Le vainqueur du premier GP de la saison a vu ses FP1 écourtés sur un ennui de KERS. Cela n’a pas empêché Kimi de se montrer le plus rapide derrière Webber, échouant à 0″068 de la RedBull.
On retrouve ensuite Vettel et Alonso, puis Rosberg à 0″6. Les Force India de Sutil et DiResta encadrent la Ferrari de Massa 7e. Hamilton et Grosjean complètent le top 10 dans la même seconde que Webber.

McLaren, pas mieux

Button 11e, Perez 13e, les deux MP4-28 sont encore une fois hors du top 10, dans la chaleur ambiante de Sepang. Pourtant, Button et Perez estiment avoir progressé par rapport à Melbourne. On avait aussi entendu parler d’un retour à la voiture de l’an passé.

Chez les Frenchies, Vergne a dominé Ricciardo chez Toro Rosso, et Pic s’est fait dominé par VanderGarde. Jules Bianchi continue d’impressionner chez Marussia en dominant Chilton.

20130322-084328.jpg

FP2 pluvieux

Que serait un GP de Malaisie sans une bonne pluie ? Invitée annuelle de l’évènement, dame pluie a fait son apparition en fin de deuxième séance. Toujours dans une chaleur ambiante (32° au départ de FP2), c’est Kimi Räikkönen qui s’est montré le plus rapide sur piste sèche. Vettel est dans son échappement à 0″019 et Massa complète le podium à 0″092. Les écarts entre les premiers sont très faibles.

Alonso est 4e devant Webber, Grosjean, Rosberg, Di Resta, Hamilton et Sutil. Une session qui aura vu des difficultés dans pas mal d’écuries. Vettel a souffert de graining en pneus durs, Gutierrez s’est battu avec un extincteur récalcitrant …

20130322-084401.jpg

Que retenir ?

Kimi Räikkönen semble dans une forme superbe. Sa Lotus est encore une fois la plus économe en pneus.Mais attention au RedBull de Vettel et Webber, malgré un peu de graining. Les Ferrari sont encore là, avec Massa plus rapide qu’Alonso en FP2. Pour mémoire, le Brésilien s’est mieux qualifié que son leader sur les trois derniers GP.

Mercedes est dans le sillage des meilleures teams mais un leu plus en retrait pour l’instant. Force India confirme ses bonnes dispositions, et McLaren confirme ses difficultés. Rendez-vous demain pour les FP3 et les qualifs.

Crédit photo : Lotus F1 Team

Présentation GP F1 de Malaisie

Deuxième GP de la saison, le GP de Malaisie représente le premier vrai circuit F1 de l’année. Mais attention, la pluie vient souvent perturber le week-end !

En piste sur Sepang

La F1 se rend en Malaisie depuis 1999. Le circuit de Sepang se compose notamment de deux longues lignes droites, qui favorisent les dépassements via le DRS. Les longues courbes demandent pas mal d’appuis aux monoplaces, et la chaleur pourrait jouer un rôle primordial sur l’usure des pneus.

Fiche technique

20130318-104724.jpg

Sur le web : http://www.sepangcircuit.com et sur Twitter : @sepangcircuit

5,543 km de développement

15 virages

Rotation dans le sens horaire

56 tours pour une distance de course de 310,4 km

Le Tour du Circuit (Sebastian Vettel 2010 sur le mouillé pour se mettre dans l’ambiance !)

Le programme Canal +

22 mars
– Libres 1 : 2h50h sur Canal + Sport
– Libres 2 : 6h50 sur Canal + Sport

23 mars
– Libres 3 : 5h50 sur Canal + Sport
– Qualifs : dès 8h45 sur Canal + Sport

24 mars
– La grille : 8h15 sur Canal +
– La course : 9h sur Canal +
– Formula One : 18h05 sur Canal + en clair.

Le vainqueur de l’an passé

C’était une victoire miracle pour Ferrari et Fernando Alonso. Au terme d’une course marquée par la pluie, le Safety-Car, une interruption interminable, l’Espagnol va contenir la chevauchée fantastique de Sergio Perez et sa Sauber pour remporter sa 1ere victoire en 2012.

Malaisie Classic : 2001

L’édition 2001 restera celle de la main mise de la Scuderia Ferrari de Jean Todt sur la stratégie. Car avec deux voitures dans l’herbe en début de course, les Rouges font réaliser un magnifique doublé dans des conditions dantesques. Cliquez ici pour revivre le GP de Malaisie 2001

Crédit photo : Wikipédia

Malaisie #F1 : Victoire d’Alonso dans des conditions incroyables

Fernando Alonso remporte un GP de Malaisie incroyable, après une lutte de toute beauté avec la Sauber de Sergio Perez. Hamilton complète le podium devant Webber et Raïkkönen qui apporte de nouveaux points à Lotus.

La pluie s’invite au départ

On l’attendait depuis le début du week-end, la pluie a donc fait son apparition avant le départ de ce deuxième GP de la saison. Une invitée qui va donner lieu à un premier tour mouvementé.

A l’extinction des feux, Hamilton le poleman est resté sans problème aux commandes devant Button. Derrière, Grosjean a sauté Vettel, Webber et Schumacher pour prendre la 3e place au bout de la ligne droite des stands. Mais son bon départ va être vite annihilé par un accrochage quelques mètres plus loin avec Schumacher. Les deux hommes repartaient dans les profondeurs du classement. Grosjean et sa Lotus n’iront pas beaucoup plus loin, avec une sortie de piste, alors que la pluie commençait à redoubler.

Passage en maxi pluie et Safety-car

L’orage traditionnel de Sepang s’est soudain intensifié à l’orée du tour 4. La plupart des pilotes ont donc opté pour passer les maxi pluie. Hamilton a bien tenté de rester un tour de plus, mais tournant presque 6 s moins vite qu’en début de course, il s’est vite ravisé. Perez avec sa Sauber qui avait anticipé son arrêt (fin du 1er tour !), se retrouvait après le ballet des changements de pneus en 3e position derrière les 2 McLaren et devant Webber, Alonso et Vettel.

Le Safety-Car entrait alors en piste et au 9e tour, le drapeau rouge était déployé par la direction de course. Comme en 2009, interruption du GP pour raisons de sécurité.

2e départ après 52 min d’interruption

Dès la rentrée du safety-car, Button décide de s’arrêter pour passer les intermédiaires. Hamilton conservait la tête devant Alonso qui prenait la 2e place à Mark Webber dans le 3e virage.

Au tour suivant, quasiment toutes les voitures passent au stand pour chausser les intermédiaires et l’équipe McLaren va cafouiller l’arrêt de Hamilton, ce qui permet à Alonso et à Perez de passer devant. Une Ferrari en tête, presque impensable au vu des essais de pré-saison et de la première course en Australie.

Un pilote va perdre gros, c’est Button victime d’un accrochage dans son tour de sortie des stands avec une HRT, ce qui lui coûtait un aileron avant. Des vibrations parasites allaient ensuite gêner le leader du général avant cette course.Alonso va alors poursuivre son effort devant Perez, Hamilton, Rosberg, Vettel et Raïkkönen qui ne se prive pas de se montrer dans les rétros du champion du monde. Un Vettel qui ne semble pas en mesure d’accélérer le rythme, et devant faire face à une Lotus très en verve.

Derrière le trio Rosberg-Vettel-Raïkkönen, c’est Bruno Senna qui effectue une belle remontée en passant notamment Schumacher, Di Resta et Massa. Massa encore en grosse difficulté avec ses pneus sur ce GP, tout comme les deux Mercedes de Rosberg et Schumacher qui malgré de bonnes qualifs, ne parviennent pas à concrétiser en course. Les W03 usent trop rapidement les gommes, ruinant les espoirs de podiums des deux Allemands. A Mercedes de régler ce problème, et les Flèches d’Argent redeviendront des candidates sérieuses à la victoire.

 

La lutte Alonso-Perez

Devant, Alonso a mené grand train, avec à environ 8 s de la Ferrari un excellent Sergio Perez sur sa Sauber. Le Mexicain a bien profité de l’interruption de course, mais démontre toutes ses qualités de gestion de pneus et de vitesse de pointe, puisque il contient sans difficultés Hamilton et sa McLaren.

La piste s’assèche et Perez revient comme un avion sur Alonso. Mais personne n’ose passer les slicks, une averse étant attendue. C’est Ricciardo qui passe le premier pour enlever ses inter, suivi par tout le peloton. Alonso va reprendre un peu de marge face à Perez. Hamilton est 3e devant Vettel, Webber, Raïkkönen, Senna toujours excellent, DiResta et Vergne qui confirme le potentiel entrevu en Australie.

Mais la Ferrari n’est pas au niveau, et Perez revient au fil des tours sur Alonso, impuissant pour contenir le jeune Mexicain avec des pneus medium qui se dégrade plus rapidement que les durs de la Sauber. Mais au 50e passage, avant la ligne droite de retour, Perez faisait une petite erreur, qui laissait Alonso respirer. Vettel était lui victime d’une crevaison au 48e tour, due à un contact avec une HRT (encore) et rétrogradait hors des points.

Alonso franchit la ligne en vainqueur devant Perez, qui offre un joli cadeau pour les 20 ans de Sauber en F1. Hamilton 3e devant Webber, Raïkkönen, Senna, qui marque des points importants pour Williams, et qui a démontré ses qualités dans des conditions difficiles (c’est de famille !), DiResta, Vergne, Hulkenberg et Schumacher qui complète le top 10, après l’abandon de Maldonado.