La Lamborghini Cabrera surprise en action

Publicités

F1 : Monaco entre strass et légende (Photos et vidéo)

Rendez-vous glamour par excellence du calendrier F1, le GP de Monaco allie toujours les paillettes à la fureur de la course.

20130522-123310.jpg

Un tracé mythique, et un rendez-vous incontournable

Ste-Dévote, le Portier, la chicane de la Piscine, l’épingle du Loews … Autant de virages célèbres de ce circuit de Monaco qui serpente dans les rues de la Principauté. C’est en 1929 que la première course se tient sur ce tracé, qui va évoluer assez peu au fil des années. La grosse évolution a lieu en 1972-73 avec la création de la portion après le bureau de Tabac. Par la suite, une chicane à Ste-Dévote et une à la Rascasse seront ajoutées. Voici quelques photos issues du compte Twitter de Williams F1 :

20130522-122937.jpg

20130522-122953.jpg

20130522-123007.jpg

20130522-123020.jpg

20130522-123034.jpg

20130522-123049.jpg

20130522-123100.jpg

20130522-123111.jpg

20130522-123122.jpg

20130522-123131.jpg

Monaco est le GP que tout le monde veut remporter. Un peu comme un Clasico en Liga, ou l’étape de l’Alpe d’Huez sur le Tour de France. Chaque année, les « people » se pressent sur la ligne de départ monégasque pour admirer les funambules du volant.

Équilibristes en action

La grande particularité de Monaco reste les rails disposés tout au long du circuit. Des rails qui ne laissent aux pilotes aucune marge d’erreur. Pourtant dans les premières années du GP de Monaco, certaines portions n’étaient pas pourvues de ces rails. Un détail qui n’avait pas échappé à Alberto Ascari en 1955, lorsque l’Italien, parti à la faute sur l’huile de la Mercedes de Moss, plonge droit dans les eaux du port ! Plus de peur que de mal pour le double champion du monde.
Monaco, c’est aussi des moments tragiques comme le dramatique accident de Lorenzo Bandini en 1967. L’Italien décédera de ses blessures quelques jours après. Aux événements tragiques ou cocasses, Monaco a aussi été le théâtre de quelques unes des plus belles histoires de la F1.

Quand Monaco révèle les meilleurs

En 1984, un jeune Brésilien nommé Ayrton Senna Da Silva fait ses grands débuts en F1. Après les premières courses, le paddock a déjà pu entrevoir le potentiel du pilote Toleman. Mais c’est à Monaco que Senna va éclater au grand jour. Sous une pluie dantesque, il profite de la sortie de Mansell pour revenir dans les roues de Lauda, puis grignote tour après tour les secondes qui le séparent du leader Alain Prost. Après la décision de Jacky Ickx (qui restera controversée) d’arrêter la course, Senna finit finalement 2e, mais tout le monde sait qu’il serait revenu sur Prost. Une étoile est née, et Monaco sera son panthéon.
Six victoires entre 1987 et 1993 feront de Senna le recordman des victoires en Principauté. Seule ombre au tableau, la course de 1988 où, largement en tête devant Prost, Ayrton fracasse sa McLaren-Honda dans le mur du Portier sur un instant de déconcentration. Comme il le dira plus tard, cette course et cet abandon constituent un tournant dans sa carrière. Trois titres mondiaux plus tard, le jeune premier est devenu légende.

Autre grand moment en 1982, quand le vainqueur se laisse désirer. Prost est en tête, mais se fait piéger sur une plaque humide dans l’avant-dernier tour. Patrese passe en tête, part à la faute, et c’est Didier Pironi qui doit aller gagner avec sa Ferrari … avant de tomber en panne d’essence ! Finalement Riccardo Patrese, reparti après son erreur, cueille une victoire inespérée.

En 1996, Olivier Panis décroche la dernière victoire d’un pilote français en F1, au volant de sa Ligier. Plus qu’ailleurs, Monaco a été le théâtre de situations épiques.

Quel futur ?

Bien évidemment, le GP de Monaco reste l’une des pierres angulaires du calendrier de F1. Le tracé pourrait quant à lui subir quelques modifications d’ampleur dans les années qui viennent. Si le circuit en lui-même est magnifique, doubler sur cette piste est très, très compliqué. La pole position revêt une importance capitale, ce qui ne sera pas pour nous déplaire cette année, après des courses, où le poleman voit son bien largement anéanti par la dégradation des pneus Pirelli. Mieux vaut partir 5e ou 6e et avoir une auto économe en pneus, qu’une monoplace plus rapide mais dévoreuses de caoutchouc !

AutoCar en parlait en avril dernier. La Principauté voudrait gagner quelques m2 en direction de la mer, ce qui pourrait profiter à une modification du tracé. Ce ne sont que des suppositions aujourd’hui.

Quoi qu’il en soit, si vous avez l’occasion d’être dans la région entre jeudi et dimanche, n’hésitez pas à faire un détour par Monaco, pour admirer l’un des plus beaux spectacles que nous offre le sport automobile aujourd’hui. Pour finir un petit tour en caméra embarquée avec Jenson Button en 2009.

Crédit photo : Williams F1 Team