Audi S3 VS Audi Sport Quattro

Vous le savez, les années Groupe B sont comme une madeleine de Proust pour votre serviteur. Et lorsque Audi fait s’affronter la toute nouvelle S3 et l’ancêtre Sport Quattro (qui a servi de base pour le développement de la Sport Quattro Gr.B) sur une ancienne spéciale du rallye Sanremo, les images se bousculent !

Publicités

Bande-annonce de la Sportive de l’Année Echappement 2013

Voici la bande-annonce de la future vidéo de la Sportive de l’Année Echappement 2013, que j’ai eu le plaisir d’aller filmer à la fin du mois d’octobre avec mes confrères du magazine. N’oubliez pas d’aller voter sur le site Echappementpour désigner votre voiture favorite. Un stage de pilotage sur une Subaru Impreza Groupe N sera à gagner pour un votant tiré au sort. Foncez !

WEC – 6H de Fuji : Après la pluie, vient le titre d’Audi

A l’issue des 6H de Fuji, interrompus prématurément en raison des trombes d’eau qui se sont abattues sur le Fuji Speedway, Audi décroche le titre constructeurs alors que c’est Toyota qui s’impose avec le trio Nakajima-Wurz-Lapierre.

20131020-105531.jpg

Que d’eau, que d’eau, que d’eau ! Une vieille rengaine sur le Fuji Speedway, qui avait accueilli en 2007 l’un des GP de F1 les plus arrosés de l’histoire. Même chose cette année en WEC où la manche des 6H de Fuji n’a pu aller à son terme.

Départ retardé

Une manche nippone qui revêtait d’autant plus d’importance pour Toyota. Le constructeur a toujours été battu par Audi en cette année 2013 et une victoire était quasiment obligatoire pour sauver l’honneur, sur une piste où les Japonais s’étaient déjà imposés en 2012.

Qualifiés en pole, Lotterer-Tréluyer-Fässler n’avaient qu’un objectif, assurer le titre constrcuteurs pour la marque allemande. Derrière, les deux Toyota se classaient 2e et 3e sur une grille de départ qui observait la pluie s’abattre sur le circuit de façon ininterrompue. Finalement, les organisateurs ont décidé de faire partir le peloton derrière le Safety-Car. Sept tours vont être effectués avant que le drapeau rouge ne soit déployé ! Tout ce beau monde se range sur la grille de départ.

On repaaaaart … ah non !

6h37 heure française, et un n ouveau départ, toujours derrière le SC est donné. Sauf que la pluie ne cesse pas, et même s’intensifie. L’Audi n°1 repasse trois fois par les stands, mais la course elle n’arrive pas à se lancer. Juste avant 7h du matin, nouveau drapeau rouge. Un nouveau restart est prévu pour 8h35, mais jamais le drapeau vert ne sera déployé et les officiels japonais décident de mettre un terme à la course. 16 tours ont été bouclés derrière la voiture de sécurité, mais jamais les concurrents n’auront pu faire un vrai tour de course.

La Toyota n°7 de Nakajima-Lapierre-Wurz s’impose donc par défaut devant l’Audi n°2 de Duval-Kristensen-McNish. Une seconde place qui assure le titre constructeurs à la marque aux anneaux. La troisième marche du podium est enlevée par la Lola de Bellichi-Beche. En LMP2, c’est la Morgan n°35 du Oak Racing de Baguette-Gonzalez-Plowman qui l’emporte. Aston Martin fait le doublé en GTE Pro et en GTE Am.

La prochaine manche du WEC 2013 aura lieu à Shanghai le 9 novembre prochain, en espérant que la météo soit plus clémente qu’en terre nippone.

Crédit photo : WEC

DTM – Zandvoort : Le sacre de Rockenfeller

Mike Rockenfeller remporte le titre 2013 du DTM en se classant 2e de la course de Zandvoort. C’est Augusto Farfus qui s’impose ce dimanche devant le nouveau champion et Timo Scheider.

20130929-152248.jpg

Sur le tracé où il avait remporté son premier succès en DTM en 2011, Mike Rockenfeller a décroché son Graal ce dimanche après-midi en devenant champion DTM 2013. Le pilote de l’Audi Phoenix Racing a géré sa course pour prendre la 2e place derrière l’excellent Augusto Farfus qui empoche quant à lui son deuxième succès consécutif après sa victoire d’Oschersleben.

Saison pleine pour Rocky

Connu notamment pour sa victoire lors des 24 Heures du Mans en 2010, Rocky n’avait jamais confirmé en DTM depuis son arrivée dans le giron d’Audi. En 2013, la firme aux anneaux, échaudée par la perte du titre en 2012 face aux nouvelles et ultra-performantes BMW M3, a mis les bouchées doubles pour reconquérir sa couronne. Très vite, Rockenfeller s’est placé comme la meilleure chance d’Audi face aux BMW de Farfus et Spengler le champion sortant. Ceci combiné au piètre début de saison des Mercedes, tous les espoirs étaient permis.

Deux victoires et plusieurs places d’honneur plus tard, Mike Rockenfeller décroche la timbale sur le tracé hollandais de Zandvoort au terme d’une course sage, où jamais il n’a pris le moindre risque pour tenter de rattraper Farfus. Le Brésilien garde intactes les chances de BMW au championnat constructeur, mais le titre pilote est quant à lui déjà joué.

Farfus facile vainqueur

Il aura été le principal rival des Audi durant cette saison. Augusto Farfus engrange son 3e succès cette année lors de cette manche de Zandvoort. Le pilote BMW s’est facilement débarassé du poleman Marco Wittmann au premier freinage avant de contrôler une course où le plus gros bouleversement est intervenu en toute fin d’épreuve avec l’entrée en piste du Safety-Car pour une collision entre Green et Werner. Les derniers tours ont vu Farfus se maintenir devant Rockenfeller et Scheider assure la 3e marche du podium devant Ekstrom, auteur d’un excellent dernier tour, pour subtiliser la 4e place à Tambay et Wittmann, grâce à un dernier relais en pneus tendres.

La dernière manche d’Hockenheim aura pour enjeu l’attribution du titre constructeur, et la bataille promet d’être chaude dans le temple du sport automobile allemand.

Crédit photo : DTM

DTM – Oschersleben : Farfus préserve le suspense

En remportant la course d’Oschersleben, Augusto Farfus préserve ses infimes chances de titre. Il devance Mike Rockenfeller qui n’aura qu’à marquer les points de la deuxième place dans l’une des deux dernières courses pour être titré. Jamie Green complète le trio maître de ce dimanche

20130915-174413.jpg

Avec 33 points d’avance à l’issue de ce week-end, Mike Rockenfeller a encore fait un grand pas vers un titre qui lui est promis cette année. Le pilote Phoenix Audi a parfaitement géré sa course sur le tracé d’Oschersleben, avec une stratégie de pneus en décalage avec le reste de ses rivaux. Une fois passé en pneus tendres après les durs du début de course, Rocky est remonté petit à petit pour sécuriser la deuxième marche du podium et marquer de gros points dans l’optique du championnat.

Un premier virage décisif

Au départ, Augusto Farfus se porte d’emblée à la hauteur du poleman Jamie Green pour piquer l’Audi au premier freinage. On ne reverra plus le Brésilien, qui a totalement dominé cette manche dominicale. Derrière lui, Jamie Green n’a pu résister au coup de poker de Rockenfeller et sa stratégie pneus, mais le pilote de l’Audi Abt a conservé la dernière marche du podium.

Champion déchu

Au départ de cette course d’Oschersleben, Bruno Spengler n’avait quasiment plus d’espoirs de conserver sa couronne. Le pilote BMW a pourtant pris un excellent envol à l’extinction des feux, grapillant les places qui lui avaient été retirées après les qualifs pour un choix de pneus interdit. Le Canadien a fait illusion en troisième position avant de chausser les gommes dures. Le rythme des BMW étaient nettement moins avec cette spécification de pneus et Spengler a continuellement dégringoler au classement. Pire, il s’accrochait pour le compte avec Robert Wickens. Abandon et derniers espoirs de titre envolés pour Spengler. Une saison décidément bien compliquée pour le champion 2012 et pour BMW en général, qui peut néanmoins encore espérer le titre constructeur lors des deux dernières manches de l’année.

Crédit photo : DTM

Francfort 2013 : Audi Sport Quattro

La Quattro Sport avait révolutionné son monde à sa présentation au début des années 80, avec le succès que l’on connait ensuite en WRC. Audi ré-interprète son mythe avec la Sport Quattro.

20130910-163622.jpg

Extérieurement, la filiation est visible. Les traits de la Sport Quattro évoquent son aînée, mais sans l’impression de lourdeur de l’originale. Le carbone et les matériaux composites sont légions et l’aéro est très recherchée avec des ailerons qui se déploient selon la vitesse. Par contre, mécaniquement, la version 2013 de la Quattro est d’un tout autre calibre.

Hybride quand tu nous tiens

C’est le leitmotiv des constructeurs allemands, l’hybride. Porsche avec sa 918 Spyder, Volkswagen et son E-Golf, tous suivent l’exemple d’Audi, forte de ses victoires au Mans. Ici, l’hybridation se résume à un moteur électrique placé entre le V8 thermique et la boîte de vitesses à 8 rapports. Au cumul, cette Sport Quattro développe la bagatelle de 700 ch (dont 560 pour le V8 biturbo). Pas tout à fait le même monde que dans les années 80 où les 200 ch étaient la règle !

Modes de conduite

Tout comme chez Porsche, la Sport Quattro bénéficie de plusieurs modes de conduite. EV (tout électrique), Hybrid (thermique et électrique jouent de concert pour optimiser l’économie avec récupération de l’énergie par exemple) et Sport (où seule la performance compte, et où l’électrique soutient le thermique). Bref, chacun pourrait trouver son compte si Audi venait à produire ce superbe concept en série.

20130910-163654.jpg

Crédit photo : Autocar

Audi S1

Il y aura bien une version « S » de l’Audi A1. En voici des clichés spy !

20130829-133241.jpg

Sur les quelques photos disponibles, des éléments spécifiques apparaissent comme les quatre sorties d’échappement, des boucliers proéminents … Aucune info catégorique par contre sur la motorisation et la transmission. On peut légitimement espérer le Quattro et plus de 200 ch, histoire d’aller taquiner les Clio R.S. et autres Fiesta ST.

20130829-133317.jpg

Crédit photo : AutoMedia