WTCC – Sport et business : un savant mélange

On le sait, l’argent a pris le pouvoir dans de nombreux sports. Aujourd’hui, il faut en plus d’avoir de bons résultats sur le plan sportif, être le plus rentable possible. Le foot en est le meilleur exemple. En sport auto, la logique est différente, mais derrière l’annonce de recrutement de certains pilotes se cachent d’autres enjeux.

20131216-172733.jpg

Avec le duo déjà connu Yvan Muller – Sébastien Loeb, Citroën Racing avance une équipe sportivement solide pour son arrivée en WTCC. Mais, derrière le sport se cache aussi un enjeu économique pour la marque aux chevrons. La série « Tourisme » constitue une vitrine formidable pour la firme française qui s’est pourvue d’ambassadeurs de choix.

Lors de sa conférence de presse sur son programme sportif, Citroën, outre de rappeler quels seront ses équipages WRC pour 2014 (Kris Meeke et Mads Ostberg, renforcés par Khalid Al Qassimi sur certaines épreuves) a dévoilé le nom de son troisième pilote en WTCC. Il s’agit de José Maria Lopez. L’Argentin n’est pas un débutant dans la catégorie (et avait été aussi pressenti pour intégrer feu USF1 en 2010) et s’est illustré l’an passé en s’adjugeant la seconde course de son épreuve nationale sur le circuit Termas de Rio Hondo. Une valeur sûre de la discipline donc mais aussi une bonne « affaire » pour la marque.

Un enjeu économique majeur

Le but premier de Citroën est de vendre des voitures. Pour cela, la publicité est impossible à éviter. Les titres successifs en WRC avec Sébastien Loeb ont aidé à cela. Le WTCC visite une vraie cohorte de pays à travers le monde (Argentine, Chine …) qui sont autant de marchés potentiels pour la marque française. Surtout que bon nombre de ces pays étaient encore appelés émergents il y a quelques années. D’où un parc automobile à construire ou à reconstruire dans certains cas. Avec Lopez en troisième pilote, le « quai de Javel » (ancien lieu d’implantation des usines Citroën jusqu’en 1974) recrute un ambassadeur de choix, qui pourra être l’une des figures « porteuses » pour les ventes de voitures.

Et lorsque l’on sait qu’un quatrième pilote de nationalité chinoise sera engagé sur les trois dernières manches 2014 (Shanghai, Suzuka et Macao), on voit clairement que les objectifs commerciaux ne sont jamais très loin derrière les paddocks des courses de sport mécanique.
Demandez donc à Peugeot, bien mal en point au début des années 80, le modèle de sa gamme qui l’a sauvé. La 205 ! Et quelle était la voiture engagée en rallye par la marque de Sochaux en Groupe B en 1984 ? La 205 Turbo 16 ! Comme quoi, l’histoire n’est qu’une répétition, bien qu’aujourd’hui, le but est de dénicher de nouveaux marchés, le notre étant saturé et trop peu porteur pour les marques hexagonales.

Publicités

WTCC : Honda dévoile sa nouvelle Civic

La marque japonaise a dévoilé la nouvelle version de sa Civic WTCC. Pilotée par Tiago Monteiro et Gabriele Tarquini, la nippone devra faire face à une concurrence emmenée par Citroën.

20131203-093451.jpg

« Les essais en soufflerie sont terminés et l’aéro de la voiture est arrêtée. » explique William de Braekeleer, manager sportif de Honda. Autre nouveauté de taille, une Civic de test sera à disposition de l’écurie sponsorisée entre autres par Castrol, qui devrait faire rouler sa nouvelle voiture dès janvier. Les ingénieurs estiment que les améliorations moteur et aéro développées pour 2014 pourront faire gagner jusqu’à 3 à 5″ secondes par tour. De quoi mener la bataille qui sera rude face à l’attraction de la saison, Citroën.

Tarquini et Monteiro sont prêts face à la concurrence

Avec le duo Muller (champion du monde en titre) et Loeb, Citroën avance avec des certitudes sur la qualité de son line-up. Il faudra voir quelle sera la fiabilité des C-Élysée. Une donnée qui a joué des tours cette année à Honda en début de saison, surtout sur la Civic de Monteiro. Norbert Michelisz et Mehdi Bennani épauleront les deux pilotes officiels à bord de de Honda privées. Bennani passe ainsi de la BMW 320 à la voiture nippone. De quoi faire face aux voitures françaises, mais aussi aux Chevrolet de RML.
« Nous partons d’une feuille blanche et cela peut constituer un avantage. Par rapport à l’actuel Cruze, l’auto effectuera un bon en avant en performances grâce à de nouvelles solutions aérodynamiques, une réduction du poids et une hausse de 20% de la puissance. Avec l’arrivée de Citroën aux côtés de Honda et Lada, nous sommes conscients de l’ampleur du challenge qui nous attend pour offrir à nos clients une machine capable de se battre aux avant-postes. Cette nouvelle voiture est superbe et sera largement supérieure au modèle actuel. » explique Ray Mallock responsable de RML. Attention aussi aux Lada officielles.
La saison 2014 du WTCC débutera au Maroc le 6 avril.

Crédit photo : Honda

WTCC – Macao : Chilton le grand perdant

Pour cette dernière levée du WTCC 2013, les concurrents affrontaient le terrible tracé de Macao. Reconnu pour ses courses toujours disputées et souvent ponctuées de crashs et autres gros contacts, le circuit chinois a tenu parole. Muller et Huff sont les deux vainqueurs du week-end. Tom Chilton n’a pas réussi à conquérir la deuxième place du championnat Pilotes.

20131117-103002.jpg

Que ce soit en F3, en WTCC ou en moto, le circuit de Macao ne pardonne que très rarement. Parfois dangereuses, les courses dans la ville-casino se sont aussi soldées par de tragiques accidents. Mais ce rendez-vous reste incontournable dans de nombreuses disciplines et a souvent révélé les meilleurs, comme Schumacher et Häkkinen en 1990.

Muller en père peinard

Parti de la pole en C1, Yvan Muller a joliment maîtrisé cette première manche pour s’adjuger une nouvelle victoire en 2013. Le futur pilote Citroën n’a été inquiété par aucun de ses poursuivants. Tiago Monteiro place sa Honda Civic au deuxième rang, non sans avoir résisté toute la course à un Rob Huff très pressant et en verve sur sa Seat.

Désillusion par contre pour Tom Chilton. Le coéquipier de Muller pouvait viser la deuxième place au championnat Pilotes. Mais un contact avec Pepe Oriola au 2e tour l’envoyait dans le mur et ruinait toutes ses chances. Gabriele Tarquini garde donc le premier accessit derrière Muller au général, malgré son abandon prématuré à Macao. Le pilote Honda n’a même pas pris le départ de la C1, du fait d’un changement de moteur au warm-up du matin.

Huff sort de la mêlée

On attendait le fameux « Big One » pour reprendre une formule célèbre en NASCAR, c’est en C2 qu’il a lieu, et par deux fois ! Dès le départ, Michelisz touche Chilton et tape le mur. Sa Honda revient en travers de la piste et est percutée par plusieurs autres concurrents. Sept voitures sont éliminées. La course est interrompue et un deuxième départ doit être donné sous SC.

Les pilotes reprennent leurs positions initiales de la grille de départ de la deuxième manche et la course est relancée. Monteiro et Muller se frottent copieusement au virage San Francisco. Le Français peut continuer malgré une gros contact. C’est quatre tours plus tard que le deuxième carton du jour va avoir lieu.

Tom Chilton est contraint de ralentir suite à un souci d’échappement. Eurico de Jesus ne peut l’éviter et percute la Chevrolet de l’Anglais. Au passage suivant, c’est l’empilement. Les leaders réussissent à ralentir à temps, mais derrière le contatc est inévitable pour Engstler, de Souza ou Soong. Nouveau drapeau rouge !

Au dernier restart, Coronel et Thompson mènent le peloton. Mais ils vont devoir s’incliner face à la charge victorieuse de Rob Huff. Le champion du monde 2012 ne sera pas rejoint et conclut sa saison par un joli succès. Oriola termine 2e devant Tom Coronel, James Nash et Andy MacDowell. Muller est 6e et Thompson pourtant 2e après 6 tours, a été contraint à l’abandon après un contact avec Oriola, qui a laissé le pilote Lada sur le carreau. Plusieurs concurrents sont néanmoins sous investigation (comme Pepe Oriola) pour leur implication dans les différents crashs de ce dimanche.

Le WTCC 2013 se termine et on attend de pied ferme la prochaine saison avec l’arrivée de Citroën et de son duo phare Loeb-Muller. Ils feront notamment face aux Lada officielles pour une édition 2014 qui s’annoncent palpitante.

Crédit photo : WTCC

WTCC – Shanghai : Chilton et Monteiro vainqueurs en Chine

Sur le tracé de Shanghai, Tom Chilton et Tiago Monteiro sont les deux vainqueurs du week-end. Si au général tout est joué chez les pilotes, la deuxième place reste encore en jeu, et Tarquini a fait le boulot face à l’Anglais et sa Chevrolet.

20131103-101819.jpg

Sur une piste encore mouillée par endroits du fait d’une grosse averse avant la course 1, Tom Chilton s’est imposé d’un cheveu devant son équipier Yvan Muller. Côte à côte dans les trois derniers virages, les deux Chevrolet du RML ont franchi la ligne avec juste 1/100e d’écart, à l’avantage de l’Anglais. Muller avait annoncé qu’il aiderait son acolyte pour la deuxième place du championnat. L’Alsacien aurait donc tenu parole.

Les Chevy trustent les cinq premières places devant la Seat de Rob Huff qui a annoncé son départ chez Lada pour la saison 2014. Après cette C1, Chilton revient à 5 points de Tarquini au général.

La revanche de Honda

Dominées en qualif malgré un lest équivalent (+ 40kg), les Civic étaient en position de force pour la C2 avec Monteiro et Tarquini en première ligne. Jusqu’à la fin de la deuxième manche, les positions ne vont pas évoluer. Norbert Michelisz va même assurer le triplé pour la marque japonaise. Avec sa 10e place, Chilton récupère 4 points sur Tarquini à l’issue de ce dimanche chinois. La dernière manche de Macao sera décisive pour cette deuxième place du championnat Pilotes, seul enjeu de cette fin de saison 2013.

Crédit photo : FIA

DTM – Hockenheim : Glock pour conclure

Timo Glock s’impose lors de l’ultime manche du DTM 2013 dans le temple des sports mécaniques allemands, Hockenheim. C’est le premier succès du pilote BMW dans la catégorie depuis son arrivée en début d’année en provenance de la F1. Il l’emporte devant Roberto Merhi et Bruno Spengler. BMW remporte le titre constructeur, seul enjeu de cette dernière levée.

20131020-153241.jpg

C’est Bruno Spengler sur sa BMW qui s’est élancé depuis la pole sur la piste mouillée d’Hockenheim. Adrien Tambay est la principale victime du départ, pris dans un accrochage. Le pilote Audi pourra repartir et finir au 14e rang. Dans une épreuve où les contacts et autres escapades hors trajectoires ont été nombreux, Glock a fait jouer la stratégie pour venir chiper la première place à Spengler et Mehri après son dernier arrêt. Parti sur un relais initial plus long que ses rivaux, l’ancien pilote Toyota et Marussia F1 a réussi son baptême du feu en DTM en décrochant cette première victoire dans la série, qui plus est dans des conditions délicates.

BMW se console

Elles étaient si fortes en 2012. Les BMW ont subi en cette année 2013 la domination de Mike Rockenfeller et des Audi. Mais la firme à l’hélice avait l’occasion de décrocher le titre constructeur à l’occasion de cette dernière course 2013. Avec la victoire finale de Glock et la 3e place de Spengler qui remonte 3e au général derrière Rockenfeller et Farfus, le titre reste à Munich. Il faudra pourtant revenir plus fort en 2014 avec la future M4 pour venir chatouiller des Audi RS5 très fiable.

Pour finir, le déjà champion 2013 Mike Rockenfeller termine 16e de cette dernière manche et permet à son équipe du Team Phoenix de remporter le titre Team.

Crédit photo : Timo Glock Twitter

DTM – Zandvoort : Le sacre de Rockenfeller

Mike Rockenfeller remporte le titre 2013 du DTM en se classant 2e de la course de Zandvoort. C’est Augusto Farfus qui s’impose ce dimanche devant le nouveau champion et Timo Scheider.

20130929-152248.jpg

Sur le tracé où il avait remporté son premier succès en DTM en 2011, Mike Rockenfeller a décroché son Graal ce dimanche après-midi en devenant champion DTM 2013. Le pilote de l’Audi Phoenix Racing a géré sa course pour prendre la 2e place derrière l’excellent Augusto Farfus qui empoche quant à lui son deuxième succès consécutif après sa victoire d’Oschersleben.

Saison pleine pour Rocky

Connu notamment pour sa victoire lors des 24 Heures du Mans en 2010, Rocky n’avait jamais confirmé en DTM depuis son arrivée dans le giron d’Audi. En 2013, la firme aux anneaux, échaudée par la perte du titre en 2012 face aux nouvelles et ultra-performantes BMW M3, a mis les bouchées doubles pour reconquérir sa couronne. Très vite, Rockenfeller s’est placé comme la meilleure chance d’Audi face aux BMW de Farfus et Spengler le champion sortant. Ceci combiné au piètre début de saison des Mercedes, tous les espoirs étaient permis.

Deux victoires et plusieurs places d’honneur plus tard, Mike Rockenfeller décroche la timbale sur le tracé hollandais de Zandvoort au terme d’une course sage, où jamais il n’a pris le moindre risque pour tenter de rattraper Farfus. Le Brésilien garde intactes les chances de BMW au championnat constructeur, mais le titre pilote est quant à lui déjà joué.

Farfus facile vainqueur

Il aura été le principal rival des Audi durant cette saison. Augusto Farfus engrange son 3e succès cette année lors de cette manche de Zandvoort. Le pilote BMW s’est facilement débarassé du poleman Marco Wittmann au premier freinage avant de contrôler une course où le plus gros bouleversement est intervenu en toute fin d’épreuve avec l’entrée en piste du Safety-Car pour une collision entre Green et Werner. Les derniers tours ont vu Farfus se maintenir devant Rockenfeller et Scheider assure la 3e marche du podium devant Ekstrom, auteur d’un excellent dernier tour, pour subtiliser la 4e place à Tambay et Wittmann, grâce à un dernier relais en pneus tendres.

La dernière manche d’Hockenheim aura pour enjeu l’attribution du titre constructeur, et la bataille promet d’être chaude dans le temple du sport automobile allemand.

Crédit photo : DTM